Moustique tigre en France : comment le reconnaître et s’en protéger ?

Les Agences Régionales de Santé (ARS) tirent la sonnette d’alarme : la présence du moustique tigre est avérée dans 42 départements français, qui sont aujourd’hui en vigilance rouge.

Pourquoi de telles inquiétudes ? Parce que l’Aedes albopictus est vecteur de plusieurs maladies virales telles que la dengue, le chikungunya, ou encore le virus Zika.

Cet insecte n’est donc pas à prendre à la légère !

Ce que vous allez apprendre

  • Comment reconnaître le moustique tigre
  • Quel est le cycle de vie de l’Aedes albopictus
  • Quels sont les dangers liés au moustique tigre
  • Comment cet insecte s’est développé en France
  • Comment se protéger efficacement du moustique tigre

Et si vous aviez déjà croisé un moustique tigre sans le savoir ?

Il est fort probable que vous ayez déjà croisé un moustique tigre sans vous en rendre compte, sachant que cet insecte est désormais présent dans 42 départements de l’hexagone.

La prochaine fois que vous entendrez le bruit caractéristique du moustique à l’approche, examinez-le attentivement. Il s’agit d’un moustique tigre si :

Femelle Aedes Albopictus
Femelle Aedes Albopictus FotoshopTofs
  • Il est plus petit que le moustique commun (Culex pipiens) et fait moins d’un centimètre d’envergure.

  • Son vol est plus lent et plus hasardeux (changements fréquents de direction).

  • Son corps et ses pattes sont zébrés noir et blanc (comme d’autres espèces du genre Aedes).

  • Ses ailes sont noires.

Si tous ces critères sont remplis, c’est que vous vous trouvez nez à nez avec le tristement célèbre Aedes albopictus.

Vous avez d’ailleurs la possibilité de le signaler sur le site du portail officiel de signalement du moustique tigre afin d’aider les autorités de santé à suivre son développement.

Reproduction et cycle de vie du moustique tigre

Les œufs du moustique tigre

Cette espèce est active entre le 1er mai et le 30 novembre dans le sud de la France.

Contrairement au moustique commun qui pond ses œufs à la surface de l’eau, le moustique tigre dépose les siens à proximité d’une source d’eau stagnante. Ces œufs particulièrement résistants peuvent rester jusqu’à plus de trois mois à l’air libre.

Ses larves

Larves de moustiques
Larves de moustiquesJames Gathany, CDC

Ce n’est que lorsqu’ils sont recouverts d’eau (à l’occasion d’une forte pluie par exemple) que les larves apparaissent, un à trois jours plus tard.

Ces dernières passent à l’état de nymphes cinq à quinze jours après, et prennent leur forme adulte au bout d’un à quatre jours.

Le cycle de développement du moustique tigre varie donc entre sept et vingt jours.

Reproduction des moustiques tigres

Un moustique tigre femelle vit généralement entre deux semaines et un mois et demi (en fonction de son environnement) et pond en moyenne 300 œufs par mois, ce qui explique la rapidité avec laquelle cet insecte prolifère.

Le moustique, un élément clé de la chaîne alimentaire

Nous subissons régulièrement les attaques des moustiques, mais ces derniers doivent également faire face à de nombreux prédateurs tout au long de leur vie.

Ils sont ainsi consommés par diverses espèces, tant au stade larvaire qu’une fois adulte :

  • Larves et nymphes de moustiques

    Larves de libellules, poissons larvivores (Gambusis, etc.) et coléoptères aquatiques.

  • Moustiques adultes

    Araignées, libellules, hirondelles, martinets, chauves-souris, grenouilles, lézards et bien d’autres.

Les moustiques (tant le moustique commun que le moustique tigre) jouent donc un rôle important dans la chaîne alimentaire, même s’ils ne constituent pas nécessairement l’élément principal du régime des espèces citées précédemment.

Tout savoir sur les habitudes du moustique tigre

Eau stagnante milieu de vie idéal au développement de moustiques
Eau stagnante milieu de vie idéal au développement de moustiquesN Chadwick

Le moustique tigre se distingue à bien des égards des autres espèces que nous avons davantage l’habitude de croiser sous nos latitudes.

Tout d’abord, c’est une espèce diurne dont les femelles piquent principalement le jour, en particulier en début et en fin de journée, alors que le moustique commun est surtout actif au cours de la nuit.

Cet insecte fait également preuve d’un comportement plus agressif et peut piquer une même personne à plusieurs reprises. Attaquant de jour, il est plus souvent interrompu en cours de piqûres que son homologue le moustique commun, il est donc souvent amené à s’y reprendre à plusieurs reprises.

Enfin, ce moustique devient progressivement plus résistant aux insecticides et autres solutions chimiques actuellement disponibles sur le marché.

Il est donc très difficile de prévenir les piqûres et d’éloigner ces insectes efficacement une fois qu’ils ont commencé à s’introduire dans votre quotidien.

Trois dangers liés au moustique tigre

Éruption cutanée sur un bras due au virus Zika
Éruption cutanée sur un bras due au virus ZikaFred

La piqûre du moustique tigre est douloureuse, peut provoquer des réactions allergiques (en particulier chez les enfants) et peut rester irritée plusieurs jours d’affilée.

Ce n’est cependant pas pour ces raisons que cet insecte inquiète autant les autorités de santé.

Si le moustique tigre est si redouté, c’est parce qu’il est vecteur de plusieurs maladies graves comme la dengue, le chikungunya et le virus Zika, dont voici les divers symptômes :

  • Dengue

    Fortes fièvres, maux de tête, courbatures, fatigue, hémorragies.

  • Chikungunya

    Fortes fièvres, maux de tête, douleurs articulaires, arthralgies, fatigue.

  • Zika

    Fièvre et courbatures, maux de tête, éruptions cutanées, douleurs articulaires et musculaires.

Outre ces symptômes, ces différentes pathologies peuvent avoir de plus graves conséquences et le bilan est déjà lourd en France métropolitaine : 197 cas de dengue entre mai et novembre 2018, de plus en plus de cas autochtones et plus de 1 100 cas de Zika entre 2015 et 2017.

Or, ces virus peuvent entraîner la mort. Dans le cas de la dengue, l’issue de la maladie peut s’avérer fatale pour 2,5% des cas recensés si l’on en croit les chiffres de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé).

Les chauves-souris en renfort !

Chauve souris en plein vol nocturne
Chauve souris en plein vol nocturneBarracuda1983

Pour vous protéger des moustiques, vous pouvez également faire appel à nos amies les chauves-souris !

La Pipistrelle commune, espèce très répandue en Europe, chasse en moyenne quatre heures par nuit, ce qui lui donne l’occasion de dévorer plus de 1 500 moustiques tous les soirs. Une aide providentielle, que nous avons tout intérêt à solliciter.

Pour attirer les chauves-souris dans votre jardin ou aux alentours de votre maison, vous pouvez y installer des nichoirs.

Spécialement conçus pour accueillir ces prédateurs anti-moustiques, ces abris doivent être accrochés à plus de trois mètres du sol.

Et vous pouvez aussi le construire vous-même !

Le moustique tigre en métropole : une progression inquiétante

Avec 42 départements concernés par la présence active du moustique tigre et une hausse de 30% par rapport à 2017, la France peut aujourd’hui considérer la prolifération de cet insecte comme un véritable enjeu de santé publique.

On a par ailleurs constaté au cours de ces dernières années que les cas de dengue, chikungunya et Zika répertoriés dans l’hexagone ne se limitaient plus aux cas importés (de La Réunion par exemple).

Carte de répartition 2018 du moustique tigre en France métropolitaine
Carte de répartition 2018 du moustique tigre en France métropolitaineMinistère des solidarités et de la santé

On parle désormais de cas autochtones (pour des personnes piquées et contaminées dans l’hexagone) :

  • 11 cas de dengue dans l’Hérault en 2014

  • 7 cas de dengue dans le Gard en 2015

  • 17 cas de chikungunya dans le Var en 2017

Les mesures prises par l’Etat pour lutter contre Aedes albopictus

Face à l’invasion grandissante du moustique tigre en France métropolitaine, le gouvernement a mis au point un plan de lutte antivectorielle.

Recommandations visibles sur le site des ARS
Recommandations visibles sur le site des ARSARS

Il comprend :

  • Des actions de communication : notamment à travers les Agences Régionales de Santé.

  • Des moyens de prévention collectifs : surveillance accrue des populations de moustiques sur le territoire, lancement d’une application et d’un site internet pour permettre aux particuliers de signaler la présence de moustiques tigres, campagnes de communication dans les écoles etc.

Toutefois, les actions concrètes pour lutter contre le moustique tigre se limitent à des mesures de démoustication autour du domicile des personnes atteintes d’une maladie transmise par le moustique tigre et des établissements de santé.

Certaines préfectures encouragent la mise en œuvre de mesures de démoustication sanitaire, telles que l’épandage aérien. Ces mesures demeurent néanmoins polémiques et posent la question de la pérennité, à tous les niveaux, de la solution.

C’est enfin dans la France d’Outre-Mer que les épidémies de dengue, de chikungunya et de Zika font particulièrement rage.

Des mesures sont donc mises en œuvre pour lutter contre la prolifération de cet insecte :

  • Sensibilisation des particuliers via des associations et des bénévoles.

  • Traitements chimiques (larvicides) de certaines zones à risques.

  • Campagnes de communication via les mairies et auprès des touristes.

Le saviez-vous ?

Le moustique tigre peut se développer partout et s’est particulièrement bien adapté au milieu urbain.

Gouttières, canalisations ou encore toits-terrasses : toutes les sources d’eau stagnante sont propices à son développement.

Or, le territoire de l’Aedes albopictus dépasse rarement 150 mètres carrés. Ce qui veut dire que le moustique qui vous pique est né tout près de chez vous ! Et par conséquent, qu’il est susceptible de rester toute sa vie durant à proximité de votre logement.

Vous l’aurez compris, lorsque des moustiques tigre commencent à se développer dans votre environnement proche, il devient difficile de s’en prémunir.

Fort heureusement, il existe des solutions… que nous ne manquerons pas d’aborder dans la suite de cet article !

Comment se protéger des piqûres du moustique tigre ?

Couple de Aedes Albopictus en train de se reproduire
Couple de Aedes Albopictus en train de se reproduireCDC/ James Gathany

Si vous constatez la présence de moustiques tigre chez vous où dans des lieux que vous fréquentez (domicile, travail, école, hôpital, lieux publics, etc.), vous pouvez adopter des mesures préventives afin de vous prémunir contre les piqûres.

Cependant, l’idéal reste d’opter pour la prévention et de faire en sorte que les moustiques ne trouvent pas chez vous d’endroits propices à la ponte. Autrement dit, éliminer régulièrement les gîtes larvaires potentiels.

Veillez tout particulièrement à inspecter vos gouttières, qui se transforment en véritables nids à moustiques si l’eau de pluie ne s’évacue pas correctement.

Les bons gestes de prévention à adopter

La spirale de plantes aromatiques : belle, utile et efficace !
La spirale de plantes aromatiques : belle, utile et efficace !Hugues Mouret

Si vous vivez dans un département où la présence du moustique tigre est avérée, vous pouvez adopter certaines mesures de prévention au quotidien pour vous en protéger :

  • Installer des moustiquaires à vos fenêtres.

  • Vous munir d’une raquette électrique ou d’un piège à moustiques.

  • Utiliser des anti-moustiques et autres répulsifs, en particulier en début et en fin de journée.

  • Introduire des larvicides dans votre jardin et dans vos gouttières.

  • Porter des vêtements amples et couvrants.

  • Cultiver certaines plantes susceptibles de repousser les moustiques tigres (citronnelle, thym citron, basilic à petites feuilles, etc.).

Cependant, si ces mesures peuvent s’avérer utiles, elles sont d’une efficacité toute relative en fonction du nombre de moustiques et ont parfois des conséquences indésirables surtout d’un point de vue environnemental.

Par exemple, les insecticides et larvicides peuvent contenir des substances chimiques et toxiques susceptibles d’avoir des effets sur la santé. De même, il n’est pas toujours possible de porter des vêtements couvrants, surtout en plein été ! Il serait presque tentant de donner raison à Sénèque…

Pour une protection plus durable, éliminez les gîtes larvaires !

Dipositif pour limiter la présence de moustiques dans les gouttières
Dipositif pour limiter la présence de moustiques dans les gouttièresAraltec

Pour réduire significativement les risques de piqûre, la meilleure solution reste de supprimer les gîtes larvaires à proximité de votre domicile ou de votre lieu de travail.

Pour cela, il faut régulièrement :

  • Eliminer l’eau stagnante dans les coupelles et les vases lorsque vous arrosez vos plantes.

  • Vider et retourner les récipients contenant de l’eau dans votre jardin.

  • Retourner les tas de feuilles.

  • Installer des pare-feuilles sur vos gouttières.

Etant donné que les gouttières constituent un des principaux gîtes larvaires, il peut s’avérer efficace de les équiper de pare-feuilles.

Ces grilles en aluminium empêchent les débris de s’accumuler, facilitent l’évacuation des eaux stagnantes et empêchent les moustiques d’accéder aux eaux pluviales dans la gouttière.

Pour conclure

Si l’on ne peut pas encore parler d’épidémie de dengue, de chikungunya ou de Zika en métropole, le moustique tigre n’en représente pas moins un vecteur à prendre absolument en compte.

Sa progression est rapide et il s’agit d’un insecte particulièrement pugnace et résistant.

Heureusement, il existe des gestes de prévention pour réduire significativement sa prolifération dans l’hexagone. Pour protéger vos proches et votre entourage prenez des mesures concrètes pour maîtriser les gîtes larvaires.

N’hésitez pas à partager en commentaire vos retours d’expériences sur l’efficacité des moyens que vous aurez mis en œuvre pour freiner la prolifération de cet insecte !

Portrait de l'auteur

Vous avez déjà testé une ou plusieurs solutions, notamment écologiques, contre le moustique tigre ?

Commenter

Garantissez la qualité de vos actions de gestion de la biodiversité

Faune et Flore

Faune et Flore
  • Mise en place stricte de protocoles d’études

  • Créativité et inventivité de nos différents processus de réflexion

  • Déontologie appliquée à l’intégralité de nos démarches

  • Partage des risques à travers l’application de nouvelles techniques

en savoir plus

Les spécialistes du sujet sont sur vos réseaux sociaux préférés

Portrait de Hagop Telfizian

Hagop Telfizian

Logo de EID Méditerranée

EID Méditerranée

Logo de Sciences et Avenir

Sciences et Avenir

Portrait de l'auteur

Hagop Telfizian

Président — Araltec

Spécialiste des équipements de toiture, il est intéressé par les enjeux environnementaux et sociétaux.

Confronté à la problématique du moustique tigre lors de ses voyages dans des zones infectées et en particulier à La Réunion, il a réalisé que les gouttières étaient un des principaux gîtes de développement des moustiques.

Il s’est alors lancé dans la mise au point d’un système permettant de freiner leur prolifération aux abords des maisons.

Vous aimerez aussi

Poster un commentaire

  Subscribe  
Me notifier des