La chasse au sanglier : histoire d’une escroquerie nationale

Plus de 600 000 sangliers sont abattus chaque année en France, au nom de la « régulation ».

Comment en sommes-nous arrivés là ?

Faut-il sortir de la chasse au sanglier ?

Ce que vous allez apprendre

  • Pourquoi les sangliers sont aussi nombreux
  • Quels liens unissent le sanglier, le cochon et le maïs
  • Les sangliers sont-ils nuisibles ?
  • Les cochongliers existent-ils ?

Des premiers sangliers aux premiers cochons

Obelix était en réalité l'un des seuls Gaulois à chasser le sanglier
Obelix était en réalité l'un des seuls Gaulois à chasser le sanglier

Commençons par le commencement. Les ancêtres des sangliers actuels sont originaires d’Asie du Sud-Est, d’où ils auraient colonisé l’Europe il y a 0,4 à 1,5 millions d’années.

En France, ils ont été cantonnés dans le sud du pays pendant quelques centaines de milliers d’années, avant de pouvoir s’installer dans le nord après la dernière glaciation, il y a environ 10 000 ans.

À la même époque, les premiers cochons virent le jour en Chine et en Anatolie, domestiqués à partir de sangliers locaux.

Des cochons furent ensuite importés en Europe et mêlés à ceux domestiqués sur place. C’est ainsi que les Gaulois disposèrent de viande porcine, beaucoup plus que par la chasse aux sangliers.

Elle fut toutefois pratiquée tout au long de l’Histoire.

Racines et fruits de la croissance

Jeunes marcassins en forêt
Jeunes marcassins en forêt Mangenbrot

Alors que l’Hexagone comptait à peine quelques dizaines de milliers de sangliers dans les années 1960, ils dépassent le million depuis les années 2000. La tendance est similaire dans la plupart des pays voisins.

Une telle explosion s’explique essentiellement en raison d’une cascade d’effets entre chasse et agriculture depuis les années 1970.

D’une part, la raréfaction des petits animaux chassables, due en grande partie à l’agriculture intensive, a renforcé l’intérêt des chasseurs pour les sangliers.

Les chasseurs en ont lâchés à partir d’élevages. Ils les ont nourris dans la nature et ont pratiqué une chasse sélective épargnant les femelles reproductrices.

D’autre part, le développement des cultures intensives de maïs a profité aux sangliers qui en raffolent.

Enfin et surtout, les agriculteurs ont pu accepter les dégâts causés par les sangliers dans les cultures, grâce à l’indemnisation automatique par les chasseurs eux-mêmes.

Ajoutez à cela des conditions climatiques propices, l’éradication ancienne des prédateurs naturels, ainsi qu’une remarquable capacité des sangliers à accélérer leur reproduction en réaction à certains modes de chasse, et vous obtenez la recette parfaite pour un « gibier » abondant.

Les sangliers « nuisibles » : fantasme ou réalité ?

Illustration de profil d'un sanglier adulte
Illustration de profil d'un sanglier adulte Clker-Free-Vector-Images

L’impact écologique des sangliers paraît clair dans certaines régions du monde où ils ont été récemment introduits par l’Homme, menaçant une flore et une faune indigènes particulièrement sensibles.

En France, où les sangliers sont autochtones, la plupart des cas jugés problématiques concernent des milieux historiquement très anthropisés.

Par exemple, des étangs et marais artificiels où les gestionnaires de la « protection de la nature » luttent contre le sanglier qualifié d’espèce indésirable.

Mais dans ces zones protégées sur lesquelles la pression sociale des chasseurs est très forte, il n’est pas toujours aisé de faire la distinction entre intérêt écologique et défaite politique des gestionnaires.

Dans des écosystèmes moins transformés par Homo sapiens et où les sangliers sont autochtones, même s’ils sont artificiellement nombreux, leur impact écologique est discutable.

Les études à ce sujet sont contradictoires. Par exemple, une forte abondance locale en forêt méditerranéenne pourrait faire chuter les effectifs d’oiseaux nichant au sol. Mais dans la majorité des forêts françaises, les sangliers ne semblent poser aucun problème écologique.

Les ongulés ont bon dos. On s’inquiète de l’impact des coups de groins dans les feuilles mortes, tout en exploitant la forêt avec des abatteuses !

La facture des dégâts de la chasse au sanglier

Laie de sanglier avec ses petits
Laie de sanglier avec ses petits Dave Pape

Depuis les années 2000, les dommages agricoles imputés aux sangliers représentent chaque année 20 à 30 millions d’euros en France.

Mais tous les agriculteurs ne sont pas concernés de la même façon.

En tête des cultures touchées : les champs de maïs, suivis par les autres céréales et les prairies. Le quart de tous ces dégâts est concentré dans 1% des communes (d’après un bilan de Guibert, 2008).

N’y aurait-il pas une réflexion agricole à mener sur le caractère très ciblé de ces dommages ?

Un autre méfait imputé aux sangliers est celui des collisions routières, dont le nombre est estimé à environ 5 000 par an. En plus des vies atteintes, leur coût s’élèverait annuellement à plusieurs millions d’euros.

Mais qui sont réellement les fautifs : les sangliers ? Ceux qui les font détaler lors des battues ? Les développeurs d’un réseau routier toujours plus dense et dépourvu de système de passage sécurisé des animaux ?

Les réponses sont certainement plurielles, encore faudrait-il sérieusement poser ces questions.

Le saviez-vous ?

Dégâts dans le maïs ou dégâts du maïs ?

Champ de maïs vu de dessus
Champ de maïs vu de dessus Flockine

En France, un champ sur quatre en « grande culture » est un champ de maïs.

Pourtant, seul 1,7% de la maïsiculture produit du maïs « doux » (les grains mangés par les humains).

Alors qu’il est une culture vivrière consommée par les habitants de nombreux pays du Sud, le maïs cultivé intensivement en Europe est aux trois quarts destiné à nourrir les animaux d’exploitation : vaches (surtout pour la production laitière), volailles et… porcs !

Entre 1970 et 2000, ces descendants des sangliers sont passés de 10 à 20 millions d’individus dans les élevages français, où ils vivent le plus souvent dans des conditions effroyables.

Sans parler des innombrables dégâts écologiques directs de la maïsiculture intensive.

Dès lors, pourquoi ne pas cultiver plutôt des plantes qui nourriraient les humains, sur des parcelles gérées plus écologiquement ?

La paix sociale achetée par les chasseurs

La législation attribue collectivement aux chasseurs la responsabilité financière des dégâts aux cultures.

Un fonds d’indemnisation est géré au niveau départemental par les Fédérations des Chasseurs (avec quelques particularités en Alsace-Moselle). Il est alimenté par les cotisations que doit verser tout chasseur pour sa pratique.

Pour limiter les frais, les Fédérations Départementales proposent des clôtures aux cultivateurs, allant parfois jusqu’à les installer.

Par exemple dans l’Oise, deux techniciens posent des clôtures toute l’année chez les agriculteurs du département. Classiquement constituées de deux ou trois fils électrifiés, plutôt efficaces contre l’intrusion des sangliers, elles sont déplacées au gré des saisons et des assolements.

Certains économistes s’interrogent sur l’efficacité de cette dilution sociale de la responsabilité : le chasseur n’a que peu d’intérêts à réduire les effectifs locaux de sangliers, faisant supporter collectivement les dégâts par sa corporation.

Et si le prix de sa cotisation augmente avec celui des dégâts globaux, il pourra accuser le chasseur voisin.

Interdit d’interdire la chasse au sanglier ?

Si l’agriculteur est propriétaire d’un bois où il empêche la chasse, il ne sera pas indemnisé en cas de dommages de sangliers dans ses cultures.

Et gare au propriétaire voisin qui interdirait lui aussi la chasse : il peut être tenu de payer lui-même l’agriculteur.

Les propriétaires les plus récalcitrants devront même se plier à l’obligation d’une battue ordonnée par le préfet.

Tout cet arsenal permet aux chasseurs de pouvoir chasser à peu près partout. Jusque dans les « réserves de chasse et de faune sauvage », qui sont des portions de communes théoriquement exemptes de chasse.

Et jusque dans des « réserves naturelles nationales », qui sont des portions infimes du territoire français vouées à la protection de la nature, mais où le chasseur peut en fait disposer d’un droit très supérieur à celui du promeneur ordinaire.

En Camargue, les chasseurs ont même attaqué en justice les gestionnaires d’une réserve naturelle pour n’avoir pas chassé les sangliers.

Le Sanglier, miracle cynégétique

Sanglier croisé lors d'une promenade dans le Mélézin
Sanglier croisé lors d'une promenade dans le Mélézin Pierre Rigaux

« Le sanglier a sauvé la chasse », disent certains responsables cynégétiques.

Alors que le « gibier » des plaines agricoles est surtout fait de faisans et perdrix d’élevage, alors que le nombre de chasseurs décroit sans cesse, le sanglier est une manne qui semble infinie et qui permet de chasser toujours plus.

En dehors de la période d’ouverture générale de la chasse (de septembre à février), les sangliers peuvent être abattus à partir du mois de juin dans beaucoup de départements, parfois dès le mois d’avril et même la nuit, voire dès le mois de mars. Autrement dit, toute l’année.

Les battues aux sangliers intéressent des urbains qui viennent parfois de loin pour pratiquer le tir dans les campagnes.

Les films d’« exploits sportifs » ont fleuri ces dernières années sur internet. À tel point que les caméras embarquées sur les armes ont dû être interdites, afin d’éviter que certains ne se prennent pour des héros de jeux vidéo.

Le fait est que la chasse aux sangliers est une des plus meurtrières pour les humains.

Le saviez-vous ?

Cochonglier, sanglochon et compagnie

Les croisements entre des porcs et des sangliers existent depuis la domestication des premiers porcs.

Même rare, ce phénomène est inévitable au cours des millénaires, s’agissant d’animaux faisant partie de la même espèce et ayant régulièrement pu être en contact, spontanément ou par volonté humaine.

Mais ce qui s’est produit dans la seconde moitié du XXe siècle est sans commune mesure : alors que les effectifs de sangliers sauvages étaient faibles, les chasseurs ont lâché dans la nature bon nombre d’animaux croisés en captivité afin d’obtenir des populations de pseudo-sangliers plus prolifiques.

Désormais interdites, ces pratiques ont laissé des traces difficiles à quantifier dans les populations actuelles de sangliers.

Cet héritage doit cependant être différencié des croisements plus récents qui défraient régulièrement la chronique.

L’échec de la gestion par le fusil

Sanglier au ferme (c'est à dire qu'il est acculé par des chiens)
Sanglier au ferme (c'est à dire qu'il est acculé par des chiens) Marc Jaussaud

Force est de constater que la chasse, telle qu’elle est pratiquée depuis plusieurs décennies, n’a pas permis de faire diminuer le nombre de sangliers.

Probablement limite-t-elle aujourd’hui leur croissance, bien que ceci reste à prouver.

Pour rendre plus efficace la « régulation » voulue, des chercheurs en viennent à produire des modèles mathématiques visant à définir des ratios d’âges et de sexes des sangliers à tuer en priorité.

Testé dans le Gard, le piégeage est aussi envisagé.

Certains agriculteurs réclament le droit d’abattre eux-mêmes les sangliers par affût, en dehors du contexte de la chasse. Cette pratique était autorisée jusqu’en 1969, avant la mise en place des indemnisations !

Du côté des chasseurs, des agriculteurs ou des gestionnaires, les réflexions et revendications portent essentiellement sur la « meilleure façon de tuer ».

Rares sont les recherches sur des méthodes alternatives, par exemple la stérilisation. Elle serait pourtant envisageable, avec toutes les études préalables et les précautions écologiques qui s’imposent. Mais le lobby cynégétique n’en veut pas.

Certains chasseurs sont aussi très réticents face au retour des prédateurs naturels.

Encore rares en France, et même plus nombreux, les loups ne suffiront certes pas à réduire les effectifs de sangliers là où ceci est souhaité, mais ils pourront y contribuer.

Pour conclure

Le nombre faramineux de sangliers abattus chaque année est la conséquence mal maîtrisée d’une volonté politique et historique de disposer d’une abondance de « gibier » à « réguler » par la chasse de loisir.

Dans l’inconscient collectif, le cas du sanglier permet au lobby cynégétique de justifier son rôle plus que discutable de « régulateur de la faune sauvage ».

Pourtant, les sangliers représentent à peine 1 à 2% de la totalité des animaux tués à la chasse en France.

Une majorité de ces animaux est issue, soit d’élevages de « gibiers », soit de populations sauvages en déclin ou ne nécessitant aucunement d’être « régulées ».

  • Ne faudrait-il pas changer de paradigme ?

  • Est-ce sensé de continuer à réfléchir en termes de tirs et d’activité de loisir ?

  • N’y a-t-il pas d’autres voies scientifiques et techniques à explorer ?

  • Est-ce raisonnable d’abattre massivement des sangliers parce qu’ils abîment des champs de maïs destinés à des élevages intensifs dont nous n’avons nullement besoin pour notre alimentation ?

  • Ne devrait-on pas refonder notre relation au vivant sur la base d’un meilleur respect des animaux, qu’ils soient sauvages ou domestiques ?

Portrait de l'auteur

Chasseurs, chassés… vous en pensez quoi ? Êtes-vous un chasseur ou un consommateur de viande de sanglier ?

Commenter
Couverture Le petit quiz des différences animales

Le petit quiz des différences animales

Apprenez à différencier ces animaux de nos contrées que l'on peut facilement confondre

en savoir plus

Les spécialistes du sujet sont sur vos réseaux sociaux préférés

Portrait de Pierre Rigaux

Pierre Rigaux

Logo de Fédération Nationale des Chasseurs

Fédération Nationale des Chasseurs

Logo de Société Française pour l'Étude et la Protection des Mammifères

SFEPM

Logo de Association pour la protection des animaux sauvages

ASPAS

Logo de One Voice

One Voice

Logo de Rassemblement pour une France sans Chasse

RAC

Portrait de l'auteur

Pierre Rigaux

Naturaliste

Naturaliste spécialisé dans les mammifères et les oiseaux, biologiste de formation, Pierre Rigaux étudie particulièrement les mammifères semi-aquatiques, les micromammifères et les carnivores européens.

Il est l’auteur, avec l’illustratrice Charlène Dupasquier, d’une « Clé d’identification des micromammifères de France » éditée par la SFEPM.

Il a coordonné la rédaction de l’ouvrage collectif « Les mammifères de Provence-Alpes-Côte d’Azur ».

Vous aimerez aussi

Nous sommes navrés, mais suite à des problèmes techniques, le formulaire d'ajout de nouveaux commentaires est temporairement simplifié.

169 réponses à “La chasse au sanglier : histoire d’une escroquerie nationale”

  1. Lâcher des hybrides de loup comme vous l avez deja fait et quand il seront trop nombreux est affamé après avoir détruis la petite faune ! Ils mangeront des humains ! Car comme pour les sangliers aucun prédateur à par l humain lui même !

    • -“Ils mangeront des humains” : Ah oui, comme dans le petit chaperon rouge…. ptdr “des hybrides de loup”…. dommage que ce ne soit pas vrai, ils auraient peut-être pu réguler la population de cons….

      • Je suis chasseur et en désaccord avec un certain nombre des opinions émises dans cet article :
        – Il me semble que les élevages supposés ne sont que des pratiques marginales ; je ne les cautionne pas.
        – par ailleurs, l’agrainage n’a pas d’autre objectif que de tenir les animaux en forêt ; c’est la raison pour laquelle les grains sont disséminés un par un ce qui occupe le gibier dans sa quête de nourriture.

        Et de grâce, ce débat mérite mieux que des insultes, qui n’apporteront rien à la discussion….

        • Merci pour cette pierre intelligente pour le débat et les échanges sur le sujet !
          Je vous assure que l’on apprécie grandement que de sortir de la dichotomie habituelle et des prises de position stériles.

    • Bonjour Marie En 5 lignes tu as fait étalage de toute ton ignorance sur ces 2 sujets . Petit conseil mets tes bottes va dehors ouvres tes yeux et tes oreilles. Patrice, 58 ans photographe animalier et vieux naturaliste ; toujours vivant malgré les loups avant peut être de croiser un chasseur protecteur et seul gardien de la biodiversoité.

    • Pour l’instant, que ce soit en France ou dans les pays où les humains cohabitent avec les loups, les attaquent de loup sont extrêmement rares et arrivent dans des cas très précis (ex: loup piégé). Par contre, vous devriez faire attention aux chasseurs “enragés” qui tirent sur tout ce qui bouge, c’est un risque bien réel. En France, nombre de mort par le loup en 2016-2017: 0 ( et zéro blessé), mort par la chasse: 18 ( et 143 blessés). Donc méfiez-vous surtout des chasseurs plutôt que des loups que vous ne verrez jamais (contrairement aux chasseurs que vous ne verrez que trop en période de chasse).

      • 2,5 millions de chasseurs en france pour une population de loups certainement sous estimé a 700 individus…. comparons ce qui est comparable. le jour ou ils seront 2,5 millions on pourra aussi compter les morts…

        • Bonjour à vous et merci pour votre commentaire,

          Pour que le raisonnement soit bon il faut cependant les bons chiffres…
          Il y a actuellement 1 023 000 chasseurs ((le maximum a été atteint en 76 avec 2.2 millions) et une population de loups estimée à 580.

        • Bonjour à vous et merci pour votre commentaire,

          Pour que le raisonnement soit bon il faut cependant les bons chiffres…
          Il y a actuellement 1 023 000 chasseurs ((le maximum a été atteint en 76 avec 2.2 millions) et une population de loups estimée à 580.

    • marie comment des personnes aussi mal renseignées peuvent avoir autant de certitudes? le Loup n’a pas était réintroduit il est revenu tout seul comme un grand par les Alpes. Et sache que les prédateurs ne font pas disparaitre leurs proies, sinon cela ferait des centaines de millions d’années que la vie aurait cessé sur terre.

      • et alors les grands malins qui croient tous savoir…. vous êtes convaincus que le loup a fait un retour naturel, parce que ca vous arrange d’y croire sinon toutes vos convictions de bobos citadins s’écroulent. Alors, expliquez nous voir les grands sachants, pourquoi un loup avec une génétique Balte vient d’être identifié cet été? Une manipulation sans doute me direz vous pour ne pas avoir tort, comme d’habitude!!

        • Peut-être parce qu’un loup, quel qu’il soit, à une capacité de dispersion de plus de 1000 kilomètres sur une seule année et qu’il ne connait ni frontières ni chasses gardées ? En réalité j’ai du mal à saisir ce que vous sous-entendez 🙂

        • Et comment expliquer aucun loup du Mercantour a été identifié en Pologne….. évidemment que le loup cherche de nouveaux territoires….à moins que les rigolos de chasseurs ne les promènent gentiment, je dis rigolos,car j’en connais même qui affirment avoir assisté en personne à la réintroduction du loup dans le Mercantour…des privilégiés en somme..,

        • comment se fait il que les plus anti sangliers nous vendent le mais pour les agrainer et si les chasseurs n etaient pas la pour gerer la faune ( reserve suivi du gibier cerf chamois mouflon grand tetras chevreuil ) passage a gibier sur les autoroutes lutte contre les maladies (peste porcine) bien sur c est pour la chasse mais plus pour la nature je ne vais pas au foot mais je suis fier de nos stads et de nos equipes je ne fais pas de ski mais tres fier de nos montagnes enneigees et des competitions qui s y passent je ne demande pas qu on laboure les golfs et qu on detruise les circuits automobiles je pense que je pourrai ecrire toute la nuit

          • Alors pourquoi faire des élevages de sangliers ,si ils sont si nombreux dans la nature comme vous dite ?!?

            Vous leurs donnés quoi ? à manger quand vous les élevés ? Des champigons ? Lol! Alors c’est normal qu’une fois lâchez ils cherchent à se nourrir ,se sont des animaux qui ressentent la faim comme nous .
            Ça devient de grand n’importe quoi ce que font tout ces éleveurs/chasseurs ,ça n’a aucun sens et ce n’est pas cohérent du tout.
            Les gens ne sont pas idiots ,ils savent très bien que c’est un gros mensonge c’st que par profit et c’est une fausse régulation ,elle est provoquée par l’homme pour tout simplement faire marcher le commerce de la viande de gros et petits gibiers .
            Mais sinon qu’est-ce-qu’ils vont manger ?? Ces amateurs de chair sauvage?? .
            Ils trouveront toujours quelque chose pour défendre leurs intérêts ,et ça on le sait très très bien.

          • Bonjour,
            C’est une discussion pitoyable, d’un côté vous avez les écolos qui ont une vue de la nature, de l’autre des personnes qui sont sur le terrain en permanence. Réconcilier les anti-chasses avec les chasseurs c’est de l’utopie. Dans un département de l’Est boisée, c’est l’ONF qui fixe le nombre de bêtes qui doivent être abattues. Si le quota n’est pas réalisé, l’ACCA a droit à une facture de l’ONF. Pourquoi ? Lorsqu’une une horde de sanglier ou de chevreuil détruisent une jeune plantation, il faut replanter. Où l’on prend l’argent, dans la caisse de l’ACCA. Dans d’autres départements, l’ACCA achète des bracelets que l’on fixe sur la bête abattue. Qui paie les dégâts causés par le sanglier ou le chevreuil, ce sont les chasseurs. Depuis cette année il n’y a plus deux sortes de permis, il y a un permis, comme cela les chasseurs sont sur le même pied d’égalité pour indemniser les dégâts. Si demain il n’y a plus un chasseur, les populations vont augmenter d’une façon exponentielle, les végétariens pourront se faire du souci pour se ravitailler. Il faut remonter à la seconde guerre mondiale où il n’y avait plus de chasse, les fusils étaient confisqués. La suite c’est l’introduction volontaire de la myxomatose pour réguler la population de lapin qui était un fléau. Actuellement elle est toujours présente. Le plaisir de tuer ! Qui ne mange pas de la viande transformée ou non ? il faut des tueurs et ce n’est pas de gaité de cœur. Le végétarien : je ne suis pas concerné ! Fâcheusement pour lui, il est concerné dans sa nourriture, même avec une salade, hé oui et tous les autres produits qui dérivent de l’animal. Ah cette saloperie de Bonjour,
            C’est une discussion pitoyable, d’un côté vous avez les écolos qui ont une vue de la nature, de l’autre des personnes qui sont sur le terrain en permanence. Réconcilier les anti-chasses avec les chasseurs c’est de l’utopie. Dans un département de l’Est boisée, c’est l’ONF qui fixe le nombre de bêtes qui doivent être abattues. Si le quota n’est pas réalisé, l’ACCA a droit à une facture de l’ONF. Pourquoi ? Lorsqu’une une horde de sanglier ou de chevreuil détruisent une jeune plantation, il faut replanter. Où l’on prend l’argent, dans la caisse de l’ACCA. Dans d’autres départements, l’ACCA achète des bracelets que l’on fixe sur la bête abattue. Qui paie les dégâts causés par le sanglier ou le chevreuil, ce sont les chasseurs. Depuis cette année il n’y a plus deux sortes de permis, il y a un permis, comme cela les chasseurs sont sur le même pied d’égalité pour indemniser les dégâts. Si demain il n’y a plus un chasseur, les populations vont augmenter d’une façon exponentielle, les végétariens pourront se faire du souci pour se ravitailler. Il faut remonter à la seconde guerre mondiale où il n’y avait plus de chasse, les fusils étaient confisqués. La suite c’est l’introduction volontaire de la myxomatose pour réguler la population de lapin qui était un fléau. Actuellement elle est toujours présente. Le plaisir de tuer ! Qui ne mange pas de la viande transformée ou non ? il faut des tueurs et ce n’est pas de gaité de cœur. Le végétarien : je ne suis pas concerné ! Fâcheusement pour lui, il est concerné dans sa nourriture, même avec une salade, hé oui et tous les autres produits qui dérivent de l’animal. Ah cette saloperie de sapiens !

          • Bonsoir,j’ai 64 ans,toujours chassé dans une chasse communale,la bécasse a été ma passion pendant 40 ans et n’ayant plus envie de prélever ces oiseaux, je me suis mis au “gros”.Nous pouvons tirer le chevreuil suivant le nombre de bracelets vendus par le gestionnaire,une dizaine,et le renard.Ces 2 derniers je ne les tire pas, je deviens mou peut être, mais le sanglier, là pas de quartier.Quand vous travaillez une truffière toute l’année manuellement, faut encore savoir ce que cela représente, et qu’en une nuit ils vous bousillent 1 an de travail,là je ne rigole plus.Des anti chasse à pied ou à vélos j’en croise très souvent,et pas mal d’agreessifs,et la seule chose que je leurs réponds, c’est OK fermons cette chasse seulement 3 ans et vous verrez.De nombreuses fois nous intervenons hors chasse pour poser des clôtures électriques, et en période de chasse essayons de diminuer le problème sur plantations de carottes,sorgot,raisin ( suis en plein milieu des Côtes du Rhône )Alors , c’est vrai que certains chasseurs abusent comme tous le monde abuse à sa manière,mais pitié arrêtez de parler de choses que vous connaissez mal.
            Je suis prêt à inviter n’inporte qui à une journéé de chasse, sans alcool jusqu’à ce que le gibier soit distribué par tirage au sort,et que tout soit propre.

          • Bonjour,
            Les écologistes ont une idée caricaturale du chasseur, comme l’américain voit le français, un béret basque et une baguette sous le bras. Pour les écolos, le chasseur c’est un aviné, viandard, une sorte d’homme préhistorique des temps modernes. À mes collègues chasseurs, sachant très bien que je suis naturaliste, je leur lance à la figure toutes les paroles des écolos : Je suis écolo, pour la protection de la nature et de l’environnement et tous les sonnets des écologistes. Ayant le fusil à mes côtés, tout le monde éclate de rire, sauf moi, je feins de croire à mes paroles ! Le résultat, j’ai mon permis pour la saison 2019 – 2020 et j’ai quitté deux sociétés naturaliste, dont une que vous connaissez Monsieur Julien Hoffmann. Je suis à saturation de cette écologie de salon où tout et regardé par le petit bout de la lorgnette et extrêmement loin de la réalité. Je suis pour la protection du renard qui endosse souvent le costume de voleur de poules. Sachez qu’il y a des règles strictes pour les porteurs de fusils, lorsque vous croisez un chasseur, il n’y a rien dans les chambres de son arme.

  2. Bonjour, Tout d’abord merci de partager cet article. Depuis le temps que je me disais que quelque chose n’allait pas avec le sanglier, que quelque chose clochait…! Beaucoup de réponse à mes questions voire à mes intuitions dans cet article, et donc pas vraiment surpris. Une fois de plus on se moque bien de nous, et l’idée que le sanglier a sauvé la chasse lève les derniers doutes que j’avais. Belle supercherie que ces battues et tout le tralala qui va avec!!!! Encore merci , bonne journée;

  3. Totalement contre la chasse ! une véritable mafia qui se croit tout permis sans compter une incivilité notoire . la chasse appuyée par les gouvernements et le lobby des armes est une aberration a notre époque . quant à laisser aux chasseurs le gestion de la faune sauvage c’est inadmissible ! ils sont incompétents pour ce genre de chose.

    • Ils sont incompétents certes mais qui d’autre peut le faire. Ce n’est pas le boulot de L’ONCF, et les préfets font appels aux ACA pour les battues administratives. On en revient toujours aux mêmes car le droit de chasse a été confisqué pour une minorité.

    • Les chasseurs incompétents ? Le jour où vous saurez vous repérer en forêt, identifier les traces de pas d’animaux sauvages, dresser des chiens de chasse, tirer correctement, où vous connaîtrez le mode de vie de chaque espèce, son modèle de reproduction, d’alimentation, les préférences en terme d’habitat, les peurs etc de chaque espèce, qu’à 50m vous saurez estimer le poids de l’animal, savoir si il s’agit d’un mâle, d’une femelle ou d’une femelle pleine à la morphologie, on reparlera de l’incompétence des chasseurs dont vous parlez. Ils ont une connaissance de la nature qui vous dépasse largement.

      • Bonjour, Pour ma part je suis naturaliste et zoologiste de métier et sais parfaitement faire tout ce que vous venez d’énumérer à ceci près que je ne tire pas 🙂 Je pense effectivement que nombre de chasseurs ont une connaissance aiguisée de la nature mais que leurs objectifs cynégétiques les desservent autant que les chasseurs dans leurs rangs qui ne sont pas là pour ces objectifs au demeurant.

      • Ce sont des ignares, incompétents et prétentieux, qui dormaient à l’école primaire lors des cours de sciences naturelles, au point de ne RIEN connaitre aux mécanismes de prédations et de chaîne alimentaire, sans pour autant s’abstenir de vouloir donner des leçons …. Bref, des GROCS !

      • Ben oui ils ont passé des examens et suivit des cours dans ce sens mais cela ne veut pas dire qu’ils sont écologistes et qu’ils aiment les animaux .Ce sont juste des gens qui doivent rentabiliser leurs locations de chasses par tout les moyens et ce en éliminant des sois disant nuisibles Renards Blaireau fouines ect …

      • Incompétents pour la majorité. .. comment ont t’ils évalué le poids des vaches, poneys,chevaux,chiens, chats avant de tirer,celui du rouge gorge protégé, empétré dans la glue,celui du gypaète ou du vautour criblé de plombs,celui du véttetiste,du ceuilleur de champignons, du promeneur,celui du mauvais chien de chasse abbatu lâchement au fond d’un bois,mâle ou femelle peu importe,ils sont sacrifiés au nom de la barbarie..et de l’incompétence…qui nous dépasse largement.

      • Mais pour qui se prend cette cette personne? est-il besoin de posséder un permis de chasse pour acquérir toutes ces connaissances?
        Les amoureux de la nature n’ont pas besoin d’un fusil pour apprécier ce qu’elle nous offre et si vous voulez revenir à la maison avec un trophée qui la respecte troquez votre arme contre un appareil photo (sans lunette de tir et visée laser).
        Je suis tout à fait sceptique quand au degré de connaissance de nombreux chasseurs qui se postent le dimanche en bordure de route en attendant la venue du gibier poussé par une meute de chiens. Si c’est cela respecter les animaux que l’on m’explique…..

        • Excellent commentaire qui illustre ce que je vis au quotidien depuis l’ouverture de la chasse. Le summum ayant été atteint ce mercredi, quand une escouade de chasseurs en gilets orange a encerclé la minuscule forêt derrière chez moi, lancé sa meute de chiens et abattu tout ce qui sortait! Fusils et viseurs, chiens avec GPS, la totale ! Aucun respect des distances de sécurité, évidemment, et quand j’ai fini par craquer et les insulter, après avoir vu ce qu’ils faisaient, ils m’ont traitée de bobo écolo et ont menacé de tuer mes animaux domestiques ! Ici, les seules cultures sont le maïs, le soja et le tournesol très accessoirement…le maïs attire les sangliers, et pour le reste, s’ils tuent des perdrix et des faisans, ce sont ceux relâchés la veille !

        • En aucun cas il n’est autorité de se poster en bordure d’une route. Soit les chasseurs dont vous parlez sont de gros cxxx, soit vous affabulez. Dans les deux cas c’est pitoyable et devrait être sanctionné lourdement.

    • Tout à fait d’accord. Lorsque j’étais gamine dans les années 60, à la campagne, à peine quelques sangliers faisaient quelques dégâts aux cultures et les gens ne s’en plaignaient pas.

  4. Je suis fils de paysan et chasseur et je suis tout à fait d’accord avec votre article. Même si je ne vois pas le rapport avec la solution que vous sous-entendez : interdire totalement la chasse. Certes beaucoup de choses devraient être changées. Les agriculteurs ne devraient pas être indemnisés de la destruction de leur champs de maïs semés comme par hasard en lisière de bois … Certes une grande partie du gibier tué dans les autres chasses est du gibier d’élevage. Mais il y aussi des chasseurs qui connaissent très bien leur biotope et qui contribuent réellement à la protection de la biodiversité. Et je ne vois pas pourquoi on leur empêcherai de continuer ce qu’ils font déjà. Vous ne parlez pas de la chasse à court au vautrait (sanglier), qu’en pensez vous ?

    • Que vous connaissiez votre biotope, possible. Que vous contribuiez à la protection de la biodiversité, j’en doute. Seules deux familles animales posent problème, les grands cervidés et les suidés et nécessiteraient effectivement une “régulation” de leur effectif (stérilisation, par exemple). Mais la FNC (schraen, coste, macron, chasseurs,…) étendent cet argument aux 89 espèces chassables sur le territoire métropolitain en 2018. Pensez-vous objectivement que ces 87 espèces animales (hors suidés et cervidés) nécessitent d’être gérées ? Sur cette liste figure, entre autres, des animaux tels que le Putois classé “nuisible” ( susceptible d’occasionner des dégâts ) dans certains départements ( Pas-de-Calais et Loire-Atlantique, pour respectivement 80% et 30% des communes ), donc chassable toute l’année et également chassable en période d’ouverture sur tout le territoire français. Cet animal figure également sur la liste rouge des mammifères menacés en France et établie par l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature).Il est en danger, mais vous le tuez ! Alors, vous y croyez toujours à votre argument de protection de la biodiversité? Ceci n’est qu’un exemple, mais si vous voulez que l’on parle du renard, du pinson des arbres, de la martre ou de la fouine, du lapin de garenne, de la belette, de la perdrix (Ah, la perdrix, beaucoup à en dire de la perdrix). Allons-y…

      • la stérilisation…. encore une idée complètement débile, je trouve personnellement bien plus sain de prélever ‘l’excédent’ (en se basant sur le point de vue humain… sans cela les populations animales ne seraient pas à ‘réguler’). Trop de sangliers, cervidés, pour notre activité humaine (cultures), plus de prédateurs naturels (ou si peu)? et bien mangeons-les ces herbivores. Eh oui on ne peut pas tous être végans (aberration idéologique antinomique de tout rapport sain et intelligent avec la nature), et cette viande ‘chassée’ est bien plus ‘naturelle’ et moins cruelle que ce qu’on l’on peur produire avec nos élevages intensifs barbares.

  5. Les chasseurs sont des éleveurs qui s’ignorent, hahaha ! Ils nourrissent les sangliers sauvages toute l’année, relâchent des animaux croisés avec des cochons pour une meilleure reproduction et on se retrouve en forêt avec des portées toute l’année même en plein hiver ! Ils entretiennent eux même la surabondance de l’effectif et osent se positionner en régulateur gestionnaire de la nature ! Une telle contradiction dans leur discours en est risible malheureusement !

    • hé oui !! malheureusement tout est comme cela en France !! l’ argent , il n’ y a que cela qui compte , en fait nous arrivons à un point que les locataires de chasse engraissent des ” cochons ” toute l’ année afin de pouvoir vendre leurs actions de chasse un prix exorbitant . C’ est la france , tout est histoire de fric !!!et les règlements …….quand on a affaire à des notables …….on ne va pas embêter ces gens là !!

  6. Cela va être difficile d’envisager l’arrêt de la chasse aux sangliers avec le super CON SEILLER du Président Macron pour la chasse je nomme Mr COSTE,et le pacte qu’a signé Mr Emmanuel Macron avec Mr Willy ……… président des chasseurs en catimini de son parti pendant les législative(source France inter ce matin) Qu’une fois pour toute l’homme laisse la nature évoluer comme elle l’entend et tout le monde s’en sortira bien les chasseurs qui pourront aller observer les animaux en toute tranquillité. En tout cas c’est une bonne idée!!!!

  7. Très bon article, clair et complet. Pour ma part, habitant la Sologne, voici mon sentiment. Le sanglier, ici, concentre la majorité des activités de chasse. Point de régulation : l’animal est nourri au maïs et à la pomme, chaque semaine. C’est un élevage en plein air, point, avec souvent de grands grillages pour éviter la fuite du gibier. La population est partie prenante en majorité : les hordes de chasseurs qui débarquent chaque samedi dans les propriétés doivent être nourries, servies, le gibier présent et nombreux. Les rares agriculteurs qui restent, en fait les exploitants des propriétés de chasse, touchent le pactole : ils touchent des subventions pour clôturer les champs de maïs, et pour cultiver ce maïs. Puis, ils ouvrent les barrières, et touchent des dédommagements pour les dégâts engendrés. Ils peuvent donc nourrir leurs sangliers en faisant des bénéfices. Pour finir, les communes sont gérées la plupart du temps par ces propriétaires : tout est fait pour la chasse, les chemins communaux sont revendus/donnés discrètement, les chemins privés de ses messieurs entretenus aux frais du contribuable…j’en passe et des meilleures. Et ici, tout le monde est persuadé que sans les chasseurs, les populations exploseraient…

  8. Article intéressant, par contre je suis un peu étonné de ne pas voir mentionné la “fameuse” pratique de l’agrainage, qui contribue pourtant massivement à la surpopulation des sangliers, en les favorisant tout au long de l’année.. Et ne parlons même pas des élevages clandestins qui commencent à faire parler d’eux dans les actualités.

    • n’importe quoi !
      l’agrainage est utilisé uniquement au moment des semis pour protéger les cultures.
      Quand aux élevages clandestins jamais entendu parlé. #Théorie du complot.

      • Faux ! L’agrainage se pratique à l’année, à des endroits stratégiques (points d’eau…) pour maintenir sur place une population de gibier semi-apprivoisé et donc plus facile à chasser.
        Ne pas le reconnaître est insupportable de mauvaise foi !

      • Alors là encore un gros mensonge …..venez donc vous promener dans l’arrière pays grassois en septembre pour trouver des chemins jonchés de grains de maïs…..les semis mi septembre ??????? Pour moissonner en décembre ?????? Et puis bizzarement l’arrière pays n’est pas ce que l’on peu définir comme une zone agricole…..

      • Mauvaise foi crasse !
        Promeneur régulier, je peux vous affirmer que dans ma partie du Vaucluse, l’agrainage se fait TOUTE l’année et principalement à quelques pas des miradors.
        Et loin d’une “théorie du complot” (terme très à la mode…) c’est de mon quotidien dont je parle ici !

      • Vu de mes propres yeux, donc pas de théorie du complot … Je suis en Provence. Il faut sortir un peu et faire attention à ce qui nous entoure, et bon nombre d’entre nous seraient surpris de ce que l’on peut découvrir au détour des sentiers …

  9. Il faut d’abord rendre grâce aux chasseurs, qui, avec leur bon argent privé, ont relevé depuis 1970 les populations de grand gibier dont bénéficient aujourd’hui les loups pour se développer … Comme les chasseurs l’ont fait sans barguigner, il me semble que les amis du loup devraient financer les dégâts et la protection des troupeaux contre leur animal fétiche. Si actuellement 1 million de chasseurs sont à même d’indemniser de 30 millions d’euros les agriculteurs, ce ne serait carrément pas difficile -et un minimum aussi – quel’immense masse des amis du loup fasse la même chose. 500 000 sangliers, 500 000 chevreuils, des cerfs des chamois et des mouflons sont aussi la fourniture de viande rouge pour un million de personnes en France. Peut-on être un écologiste insensible à ce qu’est une ressource renouvelable aussi merveilleuse que le grand gibier ?

    • Il est important d’insister sur les mouflons : voilà un bestiau qui n’aurait jamais du se retrouver dans les montagnes françaises. Mais comme les chasseurs ont eu la sublime idée d’en lâcher dès 1948, ils forment désormais un garde-manger hivernal de choix pour le loup. Merci les visionnaires ! 🙂

    • Tous les chasseurs ne chassent pas le sanglier ou ce que l’on appelle le ” GROS ” . Certains préfèrent le petit gibier,,d’autres le gibier d’eau ; La diversité est un terme bien Français . Chasseur de tout gibier ( sauvage par excellence ) , j’ai,pour des raisons personnelles ,stoppé cette activité de ” loisirs “, j’ai invité de nombreux amis à chasser ” le Gros ” , beaucoup m’ont répondu ne pas être intéressés . Donc,ne généralisons pas ,et , soyons respectueux de ces animaux que nous aimons tous , non seulement pour la pratique de la chasse mais également pour la beauté de ces êtres qui,personnellement me facinent .

    • Mais les loups ont le droit de vivre sur terre tout comme nous ,s’il sont là c’est bien pour réguler aussi ,c’est affolant et insignifiant de voir que des gens croient que tout ce qui vit sur cette planète est tout pour la gueule de l’homme .
      Monde égoïste et insensé.😢😢

  10. Bonjour et merci pour cet article qui a le mérite de résumer des vérités sur la chasse au sanglier en France. Car oui, en France, la chasse (au sanglier entre autre) est bien une escroquerie nationale ! J’ajouterai même qu’elle fonctionne sur une hypocrisie tellement énorme que – malgré eux – de nombreux non chasseurs ne peuvent que croire les dires des chasseurs et de leurs instances dirigeantes. Vous dîtes que les clôtures payées par les Fédérations de chasse sont très efficaces pour protéger les cultures (maïs, mais aussi vignes que vous n’avez pas mentionnées). FAUX ! Elles ne sont surtout pas TRES efficaces ! Cela est vérifiable lorsqu’une laie suitée veut aller récupérer l’un de ses petits passé sous les fils ! Elle défonce tout sans difficulté puisque ces clôtures, non seulement ne sont pas “étanches” aux marcassins, mais en plus sont fragiles. A la question : “pourquoi ne financez-vous pas plutôt des clôtures grillagées, plus solides et plus efficaces ? “, la réponse officielle est invariablement : “parce que ça dégrade le paysage” ! Voilà que les instances cynégétiques s’intéressent au paysage maintenant ! Belle hypocrisie, non ? ! La vraie raison est que de bonnes clôtures empêcheraient les chasseurs de traverser les champs … pour aller chasser ! Même hypocrisie pour l’agrainage sensé éloigner les sangliers des champs ! Cela permet à chaque “battue” (= groupe de chasseurs) de les attirer et de les maintenir dans son territoire. En même temps, ce nourrissage artificiel couplé aux multiples hybridations, produit des laies qui se reproduisent 1,5 à 3 fois plus … histoire d’émousser la concurrence entre “battues” d’un même village … Même hypocrisie pour la mise en place de points d’eau artificiels en été : bon sentiment pour aider les sangliers à s’abreuver dans les collines sèches de Provence ? Bien sûr que non ! Le sanglier est évidemment largement capable de faire des Kms pour trouver un point d’eau naturel en été ! Mais cela le ferait sortir du territoire où il est choyé avant d’être abattu ! J’aurais encore beaucoup à ajouter sur la chasse de cet animal qui, depuis de nombreuses années, fait les frais d’une gestion déplorable. Car oui, comme vous le dîtes dans votre article, ce sont bien les instances cynégétiques et les chasseurs qui sont responsables de cette situation. D’ailleurs, certains chasseurs locaux le reconnaissent …

  11. La chasse est une imposture. Il y a très longtemps elle servait à nourrir les hommes. Maintenant elle sert à assouvir les plaisirs sadiques d’un poignée de personnes. Car tuer pour le plaisir, est-ce normal ??? Le sanglier est une des victimes de notre incapacité à considérer les êtres vivants comme tels et ayant des droits. Je partage et vous remercie pour votre article qui donne des explications auxquelles j’adhère.

  12. Le titre de votre article est totalement justifié ! La chasse “à la française” qui n’existe que grâce au lâcher de millions d’animaux, n’aurait plus e raison d’être si cette pratique n’était pas courante. En ce qui concerne les sangliers, vous avez parfaitement expliqué qu’en devenant le “gibier roi”, il a tenu les effectifs de chasseurs que l’on connaît aujourd’hui. L’état des populations de cet animal est donc la conséquence directe d’une gestion déplorable par les chasseurs. Pour eux, vouloir en tuer toujours plus (concurrence entre “battues” d’une même société de chasse) s’est traduit par des pratiques plus que contestables (lâchers tolérés il y a une vingtaine d’années), interdits depuis, mais toujours existants (lâchers clandestins). En indemnisant les agriculteurs, les FDC se sont révélées en contradiction avec elles-mêmes, puis qu’elles ont prouvé que la pose de clôtures n’était pas efficace ! Effectivement, ces clôtures n’ont jamais empêché une laie suitée de rejoindre ses marcassins passés sous le fil le plus bas ! Pourquoi pas de clôtures plus efficaces (grillages ) qui, au final auraient coûté moins cher que les indemnisations ? La réponse officielle est : “les grillages déparent le paysage” ! Voilà que les chasseurs s’intéressent au paysage maintenant ! La véritable raison est que des clôtures étanches aux sangliers empêcheraient les chasseurs d’aller chasser dans ces champs ! ! ! En ce début 2018, le nombre de sangliers a – semble-t-il – diminué significativement dans certaines contrées, au point que les chasseurs locaux n’en tueront pas au mois de Mars, malgré la demande insistante de leur FDC ! L’argumentation du nombre de sangliers pour attirer de nouveaux chasseurs va donc devenir localement “obsolète”, et le nombre de chasseurs -malgré toutes les gesticulations politiques – continuera de diminuer ! Les agriculteurs qui subissent des dégâts à leurs cultures vont reprocher de plus en plus aux chasseurs de ne pas tuer assez de sangliers, mais devront trouver des solutions efficaces : celle de clôtures grillagées pour les parcelles en contact direct avec la forêt en est une.

  13. Survol analytique intéressant, bonnes questions, appel intelligent à l’adoption d’un paradigme différent pour apprécier, utiliser et s’accommoder de la nature : mais quelles propositions en pratique ? Complexité faramineuse (avec F) du problème

  14. Analyse intéressante. Les sangliers posent question depuis longtemps. Les cahiers de doléances de 1789 en parlent déjà ! Observations sur ce texte. Les abatteuses sont employées pour les résineux, peu adaptées aux autres essences, donc limitées aux forêts à résineux. Mais bien sur l’exploitation forestière devient très mécanisée pour des raisons de rendement de la filière. L’agrainage par les chasseurs est très décrié par les agriculteurs (producteurs de maïs y compris). Dans les secteurs de grandes forêts privées, donc chasses également privées, le réservoir de suidés est très important, il est entretenu pour des grandes chasses très “productives” pour le plaisir des invités, mais au dam des cultures environnantes, même clôturées. Au moment des épis, c’est devenu dans une localité un spectacle de crépuscule !

  15. Et moi qui croyait que le principal facteur d’expansion du sanglier était lié au développement important et bien réel de la forêt en zone de montagne suite à la déprise agricole, en particulier lorsqu’il s’agit de forêts de chênes et de garrigues en zone méditerranéenne.

  16. Ce dimanche, j’avais à ma table des non chasseurs qui se sont régalés d’un pâté de cerf et d’une daube de sanglier parfaite. Des plats de seigneur à la table d’un manant. La chasse, privilège de la noblesse longtemps, nous sera t elle confisquée un jour ? Ce n’est pas pour demain, même si le peuple des campagnes vieillit et s’effiloche.

    • Quelle horreur ! Y a bien longtemps qu’on ne devrait plus tuer et manger d’animaux sausages… Malheureusement, il y a encore trop d’égoïstes (et pas forcement chasseurs, ce qui est encore moins excusable) qui pensent plus a leur estomac qu’a la liberté des animaux! Avez-vous deja rencontré une horde de chasseurs dans les bois a l’affût pendant que vous pratiquez votre sport? Tous deja bourrés a 9h du mat? Non? Venez donc vous promenez dans les Alpes Maritimes, on en est envahi.

      • 90% des chasses ont lieu chez des privés.
        Avez vous eu la correction de demander l’autorisation au propriétaire de pratiquer votre sport chez lui ?

      • je chasse depuis toujours,de mon arrière grand père jusqu’a moi j’en ai 51,je peut vous dire que l’alcool est interdit dans tous les sports,oui c’est un sport,40 km par weekend avec des épagneuls,en plus avec des armes vous pensez pas ce que vous dites,vous parler de ne plus tuer d’animaux,et personne n’attaque les abattoirs musulmans avec leurs pratiques barbare(on égorge les animaux vivants),et la personne ne réagit c’est bizarre non .

        • Les chiens des chasseurs mériteraient peut être, eux aussi un article.
          Car si (peut être) un très faible pourcentage d’entre eux, leurs offrent une vie descente, c’est loin d’etre la majorité chez les chasseurs.
          Et en tant que présidente d’association de protection animale, je peux vous certifier qu’un bon nombre de signalements pour des chiens misérables, enfermés H24 dans un chenil puant, sale, sans couchage isolé du sol, sans eau à disposition, des chiens patouillant dans leurs excréments (les mangeant souvent)…
          Sont très fréquemment le fait de chiens de chasseurs.
          Le chien de chasseur qui vit en dehors de la chasse en liberté dans le jardin de ses maîtres, sont plutôt rares.
          Celui que je viens de vous décrire ici est plus dans « la norme » chez les chasseurs.
          J’ai quelques photos d’enquêtes qui sont à pleurer, tant ces chiens sont misérables le reste de l’année.

        • Et bien avez vous vu le nombre de canettes laissées au sol éparses près des affûts ainsi que les douilles….parfois il y a un seau poubelle qui traîne…….on est sauvé….ils ne boivent……que beaucoup de bières. Déjà…….et……??

        • Ma fille est végétarienne et utilise Glock,CZ et autres armes chaque dimanche mais sur des cibles en papier ! C’est un sport ! Tirez sur des animaux sans avoir faim c’est le travail minable de psychopathes qui n’osent pas regarder la vérité en face !C’est pas du sport !

        • Mort de rire , alcool interdit mon frère et mon beau frère chassent….Alors oui moi je mange tout type de viande , mais non je ne cautionne pas les pratiques de 90% des chasseurs: lobbyistes, clientélistes, anti écolo , pollueurs (nombre de cartouche ramassée en foret pfff…), sans parler de ceux qui se paient encore des safaris en afrique pour tirer…
          La plupart des chefs de meute, ce sont des agriculteurs hyper productivistes et avec aucun respect de la nature.

          La chasse , un homme avec un flingue, c’est ca qui les fait frissonner , la chasse à cour, très peu pratiquée et la encore par des nantis….
          Proposait leur une chasse à l’arc ou à la lance… Il n’y aura plus personne…
          Flingue, flingue , flingue…. Houra le lobby des armes

  17. Bonjour, vivant dans le Sud de la France, l’Aude pour être plus précise, j’entends dire autour de moi que la population des sangliers augmente “dangereusement”, qu’il faut intervenir et en tuer le plus possible… Discours tenu bien évidemment par les chasseurs et les agriculteurs locaux…. Les agriculteurs cultivateurs de mais à grande échelle, sur des dizaines de kms, arrosant tout l’été en pleine chaleur, vidant le peu d’eau contenu dans les rivières… Les sangliers sont là, ils sont comme nous, instinct de survie (donc ils mangent), instinct de reproduction (donc ils font plein de petits), que doit on leur reprocher pour le coup?? D’aller défoncer les cultures de mais?? De se reproduire trop vite?? Et bien si toute cette nourriture offerte à profusion n’était pas cultivée sans réfléchir aux conséquences, agriculture de masse sans conscience, ils se réguleraient d’eux même.. Si leurs conditions de vie devenaient plus difficiles, il y en aurait moins… Les chasseurs ne doivent pas se prendre pour des régulateurs, ils n’en sont que ravis… >Prêts à se tirer dessus entre eux pour un territoire de chasse, ne sachant plus quoi faire de ces tas de viande amassés par week end… La population des sangliers augmente car l’homme a modifié ses conditions de vie… Voilà tout…

    • vous serez bien content d’avoir un morceau de gigot dans votre congelo, et quand ils seront au pied de votre maison que vous serez en pleure car vous auriez trop peur qu’il vous mange.

        • Les gens normaux ne mangent pas (ne devraient pas manger) de cadavre DU TOUT. Ni cuit, ni cru. Ni animal à 4 pattes, ni bébé d’animal (on ne mange pas nos propres bébés, non ?), ni animal à ailes, ni animal à nageoires. De toute façon, les “viandards”ont de gros problèmes de santé, car les protéines animales sont bien plus néfastes que les protéines végétales qui sont, en outre, plus facilement assimilables par l’organisme. Il en faut, certes, mais peu et de bonne qualité, sous peine d’acidifier son organisme et donc de le fragiliser notamment pour les divers cancers. Mais en général ces “viandards” sont aussi de gros buveurs. Et les chasseurs ripaillent et boivent sans vraie modération. Bref : tous les vices ! J’aimerai bien les voir à la place du gibier, se faire chasser, tuer, savoir qu’ils vont être bouffés ! Et souvent, ils maltraitent aussi leurs chiens. Plusieurs exemples chaque année (et ne parlons pas des espagnols !!!). Je veux devenir chasseur de chasseurs, avec des armes chargées au gros sel ou aux grains de blé ! Jouissif ! Sportif ! Yes !!!

      • Hugo, quand il n’y aura plus aucun élevage de gibier, alors peut être que vous pourrez être crédible. En attendant le problème du sanglier est créé par les chasseurs. Vous ne sauvez personne.

    • oui, mais n’oublions pas l’introduction de sangliers d’élevage pour justifier ce “loisir” meurtrier. les chiffres sont faussés.

  18. Et lorsqu’on se prend trois sangliers en 6 mois en voiture… Dont deux hors période de chasse et un en plein milieu de la nuit (heure de chasse interdite), ce ne sont toujours pas des nuisibles ? Parce que excusez moi mais ils m’auront tout de même couté (ou du moins à mon assurance) 8000€… Et une voiture…

    • Abattre des animaux que l’on taxe dans le même temps de nuisibles uniquement parce qu’ils empêchent de rouler en voiture, ce serait un peu comme taxer de nuisibles et abattre des grévistes uniquement parce qu’ils empêchent de travailler. Nous ne pouvons souscrire à cette logique sans pour autant ne pas entendre la gène occasionnée…

    • Il y a tellement de routes que les pauvres bêtes ne savent même plus où poser leurs pieds mais c’est eux les nuisibles. Et le mec derrière son volant, il ne serait le plus gros nuisible de cette planète par hasard?

  19. je suis completement d’accord avec hervé moi je suis dans l’yonne j’ai beaucoup d’amis chasseur le resume de chasse le lundi on n’a tue 20 sangliers se n’ai plus de la chasse c’est de la turie

  20. Très intéressant. Malheureusement, vos préconisations ne seront pas suivies de si tôt. Le gouvernement Macron vient même d’accorder de nouvelles prérogatives aux chasseurs.

    • Bonjour,
      Il existe de lâcher de sanglier. Ce sont de très gros propriétaires qui ont des chasses privées pour personnes aisées, avides de tableau de chasse. Ces propriétaires ont du surplus qui est relâché dans la nature. Ce ne sont pas des sangliers mais des hybrides.
      Les anti-chasses, je respecte. Pendant la dernière guerre, il n’y avait plus de chasse, les fusils étaient réquisitionnés. La prolifération de lièvre et lapins était exponentielle. C’est avec la myxomatose que l’on a régulé les lapins. Pour le lièvre la tularémie a fait des ravages. Ces bestioles mangent et les cultures étaient ravagées. A l’époque, sanglier et chevreuil n’était pas présent, comme maintenant, sur le territoire. Imaginez que la chasse soit supprimée, le nombre de sanglier et chevreuil va croitre exponentiellement. Les dégâts dans les cultures vont être très importants. Qui va indemniser les dégâts ? L’Etat ! Actuellement ce sont les chasseurs qui indemnisent les dégâts et non l’Etat. C’est pour cette raison que le Président a fait une dérogation. Après il y a le monopole des armes et des munitions qui appartient à l’Etat. Mesdames et Messieurs les anti-chasses, vous pouvez faire des ailes de moulin à vent, il y aura toujours de la chasse. Le chevreuil Espèce classée gibier soumise à plan de chasse obligatoire (Article 17 de la loi du 29 décembre 1978 – J.O du 30 décembre 1978). Sa progression de 3,2 au cours des 20 dernières années malgré un prélèvement annuel d’environ 600000 bêtes.

  21. Descendant direct de très petits agriculteurs du sud Manche , la chasse , je l’ai bizarrement découverte tardivement . Ma chasse est celle se pratiquant au chien d’arrêt sur oiseaux sauvages . Donc , les congelos les pâtés , les poubelles d’autoroute gavées de venaison jetée lors des retours des grandes chasses solognotes ou autres , c’est juste la honte et pas mon truc … Par contre , celui de l’agriculture intensive des parcelles de 30 hectares de plaine où on laboure les chemins , où l’on arrache les haies , où l’on crée en forêt des plantations spéculatives et stériles de conifères à ” papier ” … Là Oui je me fâche … Rassurez vous , pour les cochons , la peste porcine Africaine arrive ( 80% de DC ) . Vous aurez la paix pour 20 ans dans vos pavillons de banlieue ( érigés en stalags vus d’avion ) près des agglomérations d’importance … Clapiers souvent construits sur de la terre à blé , pour le faux bien être de notre humanité (? ) cocoricote en mal de nature mais pas de portables …. Il faut se faire à l’idée qu’il y ait un fort pourcentage d’abrutis de part et d’autre de cette espèce dite sapiens …. Que ceux qui ont été épargnés se rencontrent , partagent intelligemment et se parlent courtoisement … Et je penserai alors plus sereinement au demain de mes petits enfants

  22. Histoire bien incomplète. Histoire sans mémoire n’est que roman; Je le dis pour avoir vécu dans mon enfance en Savoie les veillées nocturnes autour des champs de patates (et pas de maïs, nom de Gu, pourquoi cette obsession pour le maïs ??). Alors c’était pas seulement prétexte pour avoir une bonne chair … pas seulement un prétexte pour boire son litre de gnole de poire au clair de lune … c’était aussi pour protéger son maigre revenu : les patates. J’ai rangé la carabine et suis végétarien depuis plus de quarante ans. Mais aujourd’hui les écolos urbains m’ennuient autant que les chasseurs urbains. Qu’il y ait eu des dérives, sans doute … mais titrer ” Histoire d’une éscroquerie nationale” est l’une d’elle, et non des moindres. Il est vrai le mot “histoire” prète á confusion. S’agit-il d’une “histoire de France” ou d’une “histoire á raconter” ? Je penche pour la deuxième.

  23. J avais déjà lu pas mal de conneries sur le sujet,mais la ca dépasse tout.on a bien compris que vous étiez anti chasse,antiagriculteur,bref un anti tout.que ça vous plaise ou non,on continuera à chasser les sangliers est il vous plait,arrêtez de parler de choses que vous ne connaissez pas!

    • Il semblerait que toutes les preuves soient dans l’article pourtant. Vous etes dans un gentil monde de bisounours ou on survit grace aux animaux qu’on massacre quotidiennement “avec respect”et ou tous les chasseurs sont des amoureux de la nature lol

  24. La solution peut-elle vraiment venir des hommes? Le nombre de passionnés de la chasse est encore trop important pour l’espérer… du moins avant longtemps…
    Reste que la Nature a parfois des réactions inattendues et… radicales. Une grosse épidémie virale peut par exemple survenir et rebattre totalement les cartes…

  25. Ah le sanglier ,un débat,je suis de l’Indre et Loire , la population de sangliers a explosée avec celle des cervidés comme dans beaucoup d’endroit,je suis chasseur de sangliers uniquement,je crois qu’il y a des caricatures qui sont tenaces sur les chasseurs,je partage certaines de vos positions sur les agrainages et surtout sur les parcs de chasse qui sont un scandale ,une bombe à retardement.Je milite depuis longtemps pour la suppression de cette honte , il y avait sur mon territoire des milliers de perdrix grises et lapins de garenne, leurres disparitions est dues à l’agriculture et au modification du biotope.La reproduction est très faible et nous ne voulons pas de lâchers alors aucun prélèvement,tout jeune à 10 ans je posais des collets dans le jardin familial avec mon père car les lapins bouffaient tout, j’en garde un excellent souvenir.Bien sure que tuer peut paraître sadique, ce n’est pas mon point de vue,nous chassons en domaine privé avec des consignes strictes et 6 fois l’année.Je me refuse de tirer les chevreuils et cervidés pourtant très nombreux,j’ai de mauvais souvenirs , des images dures, l’homme a ses contradictions, pourquoi le sanglier alors , ben je crois que c’est son comportement,c’est un futé et un rusé et les “vrais chasseurs” aiment cela.Le pire moment de la chasse c’est le dépeçage , j’y participe et c’est un respect de la faire,dire que c’est un grand moment: non. Je suis tombé jeune dans la chasse et surtout la pêche que je pratique en “no kill”,je pense que cela m’apporte un équilibre,Je suis un farouche défenseur de la faune sauvage et des milieux humides qui sont en perdition , la faute à l’homme.Vous savez voilà soixante dix ans,on était pas pour ou contre la chasse en milieu rural,tout simplement chasseur ou non chasseur, pas de polémiques stériles.Pour finir je crois le respect des opinions est la solution au problème et que les décideurs en matière de chasse doivent être des neutres.Il en va de la survie des espèces chassables et de la chasse naturelle.

  26. Parler de la nécessité de la régulation des sangliers en forêt domaniale urbaine me surprend. Ne devrait-on pas reconnaître que le problème de l’excès de sangliers est crée par ce qui est un élevage extensif de sangliers.
    Et si pour réguler les excédents de sangliers la Winchester est une bonne solution, pourquoi ne pas proposer d’abattre les veaux vaches cochons etc en abattoir par ce même procédé ?

  27. Trés bon article, retraçant parfaitement la réalité du sangliers et des chasseurs en France. Si la PPA arrive en France, certaine fédérations de chasse vont voir leur effectif fondre comme neige au soleil.

  28. Désolé mais c’est un débat sens fin ! Le seul vainqueur possible sera celui qui sera sur le terrain ou plutôt celui qui aura assez de moyens pour acquérir le dis territoire. C’est comme ça

  29. Bonjour à tous

    Alors je suis de la ville .. et mon conjoint est petit arboriculteur dans le fin fond du Tarn et garonne, fruits et jusqu’à l’an dernier maïs ..
    L’arrivé dans la vie rurale – agricole – rustre – et arrièree a été un véritable choc !

    Pâté maison – foie gras ( et toutes les affreuses methode qu’il faut employer pour faire ces horreurs gastronomiques) tuer le cochon devant les enfants en leur disant : mais c’est la tradition ce n’est rien …
    respect des animaux inexistant – le chasseur est roi- pour eux Le consommateur de viande à outrance est le roi.
    D’un ridicule et d’une absurdité sans nom Bref

    En 5 générations dagricoluteurs , mon conjoint 12 ans d’agricultures : Nous n avons JAMAIS eu de dégâts causés par des biches – des sangliers (…)
    Et pourtant , nous croisons fréquemment ces magnifique animaux sur nos terres
    Certains vont dire : «  oui mais les chasseurs régulent »
    Non les chasseurs ne régulent rien. Ils se paye un passe temps qui est de tuer, de saccager la nature , l’environnement et le cycle de la vie

    cette bande d inculte ( pour rester polie) alias les chasseurs tirent sur tous les animaux qu’ils trouvent , chats, chiens compris. Et oui «  quand on a rien d’autre à ce mettre sous la dent il ne faut pas sortir pour rien » disent ils …

    Nous les retrouvons dans nos jardins, à tirer sur nos animaux de compagnies et les tuer volontairement, effrayer nos enfants, faire des dégâts à nos domiciles avec leurs fusils ….
    et j’en passe.

    Alors ma question : qui sont les nuisibles ? Les éléments perturbateurs ? Les parasites ?
    Des sangliers à qui nous diminuons chaque jours leur lieux de vie ? A qui nous prenons leur petits ? Leurs mères (…)
    Ou une bande de plouk qui ce sent tout puissant avec un fusil à la main a tirer sur tout ce qui bouge et à faire le coq face à d’autre plouk lors des repas bien arroser ?!

    Il est regrettable de contestater que en 2019 les choses évoluent mais à si petit pas , regrettable de constater que ce genre de barbarie – de genocide ( les battus ) existent encore. Oui j’ai bien dit génocide…
    a quand tout cela vas s arrêter , il est temps d aller chez décathlon choisir un vrai sport…

  30. L’article est un peu succinct pour faire le tour du sujet.
    Nombre de personnes opposées à la chasse passent leur temps dans leur canapé ou devant leur ordinateur à amender les réseaux sociaux et leurs bêtises.
    Les premiers gestionnaires de la nature sont ceux qui l’aiment, qui la connaissent, qui la pratiquent, et qui la gèrent.
    De toutes les personnes ayant publié un post contre les chasseurs, combien savent reconnaître un lapin d’un lièvre, ou même reconnaître une fouine d’une belette? …. pas beaucoup.
    Le chasseurs sont très souvent sur le terrain, ramassent une bouteille d’eau laissée par un promeneur ou coupent un arbre en travers de sentier(qu’empruntent aussi les vtt, chevaux, promeneurs…)
    Comme pour le reste de la population il y a toujours des personnes qui font mal voir les autres.
    Il est dommage de généraliser comme vous le faites.

    Concernant la venaison, je me délecte d’une daube de sanglier.
    Si vous préférez manger un filet de poulet acheté en barquette au supermarché et élevé en 30 jours, grand bien vous fasse mais vous vous êtes trompés à moment donné.

    Interdisons la chasse comme en Suisse et ce qui va se passer pour les animaux sera bien pire (abattages, empoisonnement…)
    Et comme les dégâts augmenteront on ajoutera une ligne à vos impôts “gestion de faune sauvage” de 100€ par mois.

    Qui est pour?

    • Et bien combien de chasseurs savent les reconnaître…vu le nombre de chevaux, ânes, vaches,chats, chiens,rapaces protégés…..qui font les frais de l’excellente formation du chasseur…..sans compter les vététistes,les promeneurs,les ceuilleurs de champignons…….bref, le chasseur qui ramasse une bouteille d’eau c’est bien, mais les tonnes de douilles et les canettes…..c’est qui qui s’y colle ?

  31. Toujours est-il qu’en tant que randonneur épris de NATURE, je ne suis aucunement tranquille quand leurs armes portent à 1500 ou 3000m !!!

  32. Article intéressant, qui évoque la multitude des causes de la prolifération du sanglier mais qui, à mon avis, simplifie trop une situation bien plus complexe et contrastée selon les territoire.
    Je vis en Ardèche , limite Gard-Lozère, et ici les énormes populations de sangliers sont très problématiques et cela n’a rien à voir avec la culture du maïs, puisqu’il n’y en a quasiment pas ! La principale ressource alimentaire de ces animaux sont les châtaigneraies abandonnées. Les dégâts des sangliers concernent tous le monde ici : maraichers, éleveurs, viticulteurs, particuliers, etc. C’est un problème bien réel pour le peu d’agriculteur, par ailleurs bcp en bio, qui subsiste sur un territoire difficile de moyenne montagne. Sans parler des très nombreuses collisions toute l’année, et pas qu’en période de chasse. Les (très) mauvaises pratiques des chasseurs, mais surtout des chasses privés où de riches citadins en 4×4 viennent s’amuser à la chasse au trophée, ont clairement favorisées cette prolifération ; les pratiques ont changées mais les chasseurs sont maintenant complètement dépassés avec des cochongliers hyper-profiliques.
    Je suis par ailleurs assez critique sur certains aspects de la chasse (oiseaux, animaux dit “nuisible” alors que leur population est faible (renard), dangerosité, etc.) mais condamner la chasse dans sa globalité, non. Mais je comprend que certaines personnes soient contre la chasse.
    Par contre, je suis atterrée de lire certains commentaires qui de toute évidence ne connaissent vraiment rien au monde rural, à sa diversité et en on une vision caricaturale. Dire que les chasseurs sont des ignares, alcoolos et sadiques est du stupidité sans nom. C’est méconnaitre la diversité des pratiques et des profils des chasseurs. C’est comme dire que les écolo sont tous des bobo citadins bouffeurs de graines qui ne connaissent rien à l’agriculture ! C’est ce type de propos insultants et stériles qui braquent bcp de personnes contre la nécessaire transition (ou plutôt révolution) écologique. Ras-le-bol de ces pseudo-écolo complètement dogmatique !
    Une gestionnaire de site naturel protégé qui refuse d’opposer les citadins et les ruraux, les écolo et les agriculteurs.

  33. L’introduction du sanglier à été pensée pour pallier au manque de petit gibier,après la disparition du lapin et éviter une trop grande perte de permis de chasser.

    Par une mauvaise gestion de ce gibier,Il s’avère qu’a présent cela représente un problème d’équilibre cynégétique et les chasseurs lobbyistes du sanglier ne veulent rien entendre d’une régulation efficace pour revenir à des taux de population acceptables.

    Nombreuses sont les sociétés de chasse qui ne délivrent plus de cartes de chasse au petit gibier de peur que les sangliers ne soient perturbés dans leurs remises.
    Une solution honteuse vient d’être trouvé par nos dirigeants pour faire payer les dégâts des sanglier à tous les propriétaires terriens.
    Nous voici revenu au temps des seigneurs( taxer une fois de plus l’ensemble, pour préserver le privilège d’une poignée)
    Nos dirigeants ont vraiment les idées courtes et souvent mal placées!!!!
    Bien cordialement

  34. jE NE SUIS pas chasseur mais j’avais un copain qui l’était…jusqu’à ce qu’il se prenne une balle dans l’entre jambe ! La souffrance était telle qu’il a compris depuis le mal qu’il produisait avec son fusil… A présent, il ne chasse plus ! Pour que le nombre de chasseurs de sangliers diminuent, il faudrait qu’il y est plus souvent de tels accidents. En favorisant l’alcoolisme parmi eux, cela pourrait peut-être devenir une réalité… Je nourris parfois une mère sanglier et ses petits qui viennent roder quelquefois autour de ma campagne. Ils sont trop mignons. Christian Défi, autour du livre : http://www.ledieudesenfoires.blogspot.com

  35. Quelqu’un qui n’accepte pas les critique et qui bloque les gens de Facebook juste parce qu’il ne partage pas c’est idées
    N’oublier pas monsieur que 75%des forêt française sont privée.
    Et donc les chasseurs pratique leurs passion en toute légalité alors que vous autre promeneur randonneur ou “naturaliste” n’êtes que toléré et en aucun cas n’avait le droit à la cueillette de champignon ou autre cela devient de la violation de propriété privée
    A bon entendeur
    En saint Huber

  36. Tout à fait d’accord avec vous…il faut abolir la chasse, pratique celle et totalement inutile…signalons au passage que les agriculteurs sont pour beaucoup chasseurs…..et donc l’indemnisation est tellement plus facile à obtenir…….

  37. Bonjour
    Je suis chasseur depuis plus de 40 ans et je lis avec plaisir les avis de chacun .Tout d’abord je ne juge ni ne veut interdire à quiconque le droit d’etre ce qu’il est : Chasseur Non Chasseur opposant à la chasse , Végane …., j’attends la meme chose en retour . Nous sommes avant tout fait pour débattre discuter argumenter dans le respect et l’intelligence . Pour revenir sur l’article qui reprend pas mal de vérité je vous soumet quelques faits sur la région Nouvelle Aquitaine .
    Prolifération du sanglier ….. ? Moi je veux bien mais que constate t’on sur le terrain
    Des hardes plus reduites des sangliers de plus en plus petits et par contre des battues dans tout les sens avec des responsables parfois non formés attaquant au petit bonheur la chance des enceintes . Et cas vécu ‘vous tirez tout ce qui passe’ ! et les quelques sangliers qui s’en sortent sont bougés en permanence sur des zones de plus en plus etendues
    La manne sanglier rend fou … et pourtant elle va vite faire plouf dans certains secteurs et je pense que comme le petit gibier qui n’existe plus beaucoup à l’état sauvage nous allons obtenir le meme resultat .
    Alors certains vont accuser l’agriculture les produits phytosanitaire et le changement climatique
    En oubliant quand meme que la pression de chasse et la culture du tableau sont les pourvoyeurs de notre loisir

  38. Le problème le plus grave est celui de la santé mentale de quelqu’un qui prend du plaisir à tuer, au point de dépenser beaucoup de temps, effort et argent. Rien que pour cette raison ce “sport”, cette “passion”, ce “loisir” devrait être interdit.
    Un autre problème majeur: les tonnes de plomb laissées par les chasseurs dans la nature.
    Et un autre problème important constitue leur moyen de transport préférés: souvent de grosses 4×4 qu’ils utilisent aussi pour aller acheter le pain à 1 km.

  39. Bonjour, messieurs dames,
    Je suis agriculteur dans le département de l’Eure.
    En 20 ans les dégâts dans les champs on augmenté de quelques fouilles à des champs entiers pour la récolte 2020.
    Je ne fais pas de culture de maïs mais 30 ha en agriculture biologique, le reste en conventionnel.
    Une de mes parcelles fait 30ha en triangle avec clôture électrique, tout autour en forêt avec 3 grandes chasses, avec chacune une réserve.
    (Trouvé l’erreur)! Comment peut on faire des couverts végétaux?
    Résultat, conflit avec un président de chasse, 12 ha de colza ravagé, passage en orge de printemps et l’indemnisation pour le moment Mes intrants ne sont pas tous pris en charge.
    Ps : Pour les chemins labourés par chez moi, les Chemins dus et mitoyens au bord des camps sont fermés. Pour qui pourquoi ?

  40. En complément de cet article, le reportage d’envoyé spécial jeudi soir sur les traitements de culture est tout à fait intéressant particulièrement concernant les champs de maïs qui envahissent la France. Serait-il possible de connaitre depuis les années 70 les superficies de champ de maïs et de croiser la courbe avec celle du nombre de sangliers ?

  41. Bonjour à toutes et à tous…Culturellement nous sommes des Latins et par conséquent il sera difficile d’être d’accord sur des discussions totalement stériles entre les 2, 3 ou X parties qui s’expriment. Prenons les cultures Nordiques et Germaniques qui eux réfléchissent ou coordonnent leurs efforts et leurs réflexions main dans la main, chez eux les chasseurs et anti-chasse ne se cognent pas dessus et ne se critiquent pas…Ils trouvent des réponses pour la biodiversité (nous EN faisons partie). Alors continuez vos crachats venimeux, ou alors venez parler autour de la table.
    La plus dangereuse des armes n’est pas celle qui tire des balles, mais peut être celle qui tire des phrases.

    • Bonjour,
      Merci pour votre suggestion. J’ai du mal à trouver des informations sur le sujet. Auriez-vous connaissances d’articles ou de sites internet détaillant ces coopérations que vous évoquez ?

      Bonne journée,

  42. Mon dieu je suis choqué par toutes ces insultes, toute cette ignorance et surtout cette intolérance venant de certaines personnes ( se disant écologistes).

    Je suis chasseur et fier de l’être ( j’ai reçu une bonne éducation et j’ai une bonne situation professionnelle) donc je ne suis ni un abruti et encore moins un illettré comme certaines personnes veulent faire passer les chasseurs, cependant, je ne cautionne pas certaines pratiques de la chasse comme le fait de nourrir le gibier pour qu’il reste dans le secteur.

    Il y a des réflexions à mener autour d’une table (avec tout les acteurs possibles, écologistes également) afin de réfléchir sur la manière dont gérer le gros gibier et les dégâts qu’il occasionne afin d’y remédier sans pour autant vouloir absolument interdire la chasse en France (comme la majorité d’écologistes demandent) mais que certaines personnes parlent de stérilisation et que ces mêmes personnes se disent écolos me choque.

    Pourquoi ne pas proposer cette solution pour l’être humain quand on sait que la terre ne peut supporter toute la population mondiale actuelle?

    Que certaines personnes ne tolèrent pas la chasse est leur droit mais arrêtez de critiquer la chasse nous avons un point commun dans tout cela c’est la nature, j’adore passer une journée entière dans la forêt (est-ce votre cas?). Parfois j’ai des occasions de décocher une flèche (oui après tout je suis chasseur) mais je m’abstiens car la beauté de l’animal je submerge et m’empêche de tirer (je ne suis pas un barbare comme certaines personnes veulent faire passer les chasseurs).

    Ce n’est pas parce que vous n’aimez pas quelque chose que vous devez dénigrer ceux qui l’aime, mais ça c’est typiquement français il suffit de ne pas partager les mêmes passions pour créer de l’animosité entre nous à lieu d’essayer d’accepter et comprendre l’autre.

  43. bonsoir je suis moi même chasseur et d accord avec vous la chasse devient un commerce de gibiers et tj au détriment des sangliers .
    merci pour votre réflexion sur la chasse important de le dire .

  44. bonjour, je suis chasseresse, j’habite dans l’Ain, la population des sangliers a explosé, mais si les agriculteurs ne plantaient pas autant de mais, et en plus près des bois. nous les clôturons les champs, mais il y a tellement de parcelles que l’on privilégie celle à risque et qui payent les dégâts, les chasseurs, nos cotisations à la fédération servent à cela. Dans certaines régions, il a des parcs, où les sangliers vivent en liberté et sont chassés le week-end, la plupart des chasseurs y vont pour entraîner leurs chiens. Si la population a dû mal à être régulée, c’est que les laies font en moyenne 2 à 3 portées par an, surement à cause de la météo, et maintenant ils se rapprochent des villes pour aller se nourrir.

    • Bonsoir Christine, effectivement les sangliers pullulent dans les foret des landes de Gascogne entre autre nous avons un bio top très fourni est très compliqué à chasser, la chasse au sanglier est très mal gérée et en plus ce qui chasse le sanglier ne savent pas tirer loupent et blessent les sangliers il faut savoir que très souvent sur une matinée de chasse 10 sangliers débusqués et tirable 1 sera prélevé pour les blessés ils deviennent très agressif et dangereux pour nos chiens d’arrêt qui se font charger pas les sangliers sans compter les chasseurs, et même certain promeneur ou chercheur de cèpes. je pense d’abord qu’il faille éduquer les chasseurs, leurs apprendre le tir aux sangliers, faire une vrais gestions et plan de chasse contrôlés par les fédéraux car chacun fait sa petite chasse avec ses potes, chez nous j’en connait qui les tir depuis leurs 4 x 4 imagine les tocards de types, bref la population grandi de jour en jour et malgré un grand nombres de sangliers abattus les naissances sont deux à trois fois plus importante imaginez un peut les milliers de sangliers pour pas dire des millions rein quand France.

      Il faut que les autorités compétentes prennent des mesures plus draconienne et arrête cet élevage de sangliers sauvages qui deviennent dangereux pour tous.

  45. déjà 1 les chasseurs non pas introduit le sangliers , de+ ils non pas été importée et en suite les chasseur non pas mélanger le sangliers avec des cochon normaux maintenant ,l’élevage de sanglier est interdit en France mais aussi la chasse fais partie du patrimoine français et se qui sont anti, chasse souvent il passe du Temp derrière leur ordinateurs et pour moi je préféré allé chasse que dalle manger cher kfc ou burger King maintenant être chasseurs se n’est que tue c’est aussi entretenir les chemin c’est aussi ,entretenir les zone humide maintenant je ne fais pas confiance au gent qui vend de la viande dans, les supermarché pour moi les consommateur de viande se sont ce qui acheté de la viande et pas ce qui la chasse et mois ,je ne préféré pas paye de la viande je préféré chasse le gibier, de + la chasse se n’est pas q’un loisir et si les gent ,veule allé se promené il sont cas allé dans des foret domanial et les foret n’appartienne pas a tout le monde puis que ,la plu part des foret sont des propriété privée et souvent les gent ne respect pas les panneau au devant des bois ou des, chemin des propriété privée alors qu’il y’a des panneau qui sont rouge qu’il le disent chasse gardée défense, d’entre alors que cet gent commence part respecte les panneau et les propriété, maintenant il y’a des gent qui veule interdire la chasse et il ne pourront jamais l’interdire et se qui la critique moi je la défendrait jus que au boue puis que la chasse est vital pour l’équilibre et la biodiversité les chasseur sont au + près de la nature

  46. entre réalité et mensonge voici un article bien loin des réalité sur l’espèce car non le sanglier et bien présent a l’état sauvage depuis l’antiquité et avant la découverte des horizon chinois et non il n’ont en aucun cas été réintroduit par l’homme en tout cas surement pas dans le nord est ou l’espèce est présente est chassée depuis le moyen age renseignez vous et documentés d’archive avant de propager de tel mensonges !!! pour finir le sanglier est un espèce porcine a 35 chromosome et le cochon d’élevage 37 chromosome comme l’homme d’ailleurs il s’agit donc bien de 2 espèces différentes , alors cher amis des villes et écologiste en herbes nouveaux venu dans le monde rural ne vous arrêtez pas a la surface des chose et au raccourci facile et rapide car la faune sauvage était la avant nous et le sera peut être encore après si vous laisser les vrai spécialiste en équilibre cynégétique faire leur travail merci donc aux gardes ONF ONC et lieutenant de louveterie qui bien loin de vos compte de fée stérile font la seul chose que nous devrions tous faire : nous taire quand on est pas dans notre domaine d’expertise ….

    • Monsieur,
      sangliers et cochons sont tout à fait compatible en terme de reproduction, le nombre de chromosome n’étant pas un facteur rédhibitoire. C’est interdit ceci dit, mais reconnu pratiqué dans nombre de rapports d’expertise. Condamné même, en tout cas officiellement, par la plupart des organismes de chasse, puisque ça biaise tout relevé ou “contrôle” des populations et la “pureté” de l’espèce sauvage.

      L’introduction, ou la réintroduction a également eut lieu ces 50 dernières années, pas partout en effet, mais cela vient du travail direct des éleveurs de gibier, et autre accouveurs, ils le disent eux-mêmes très bien :
      http://www.gibier-de-chasse.com/reconnaitre/elevages-gibier-de-chasse-france.html

      La croissance très rapide des populations est à imputer en premier lieu, à l’éradication des prédateurs et la multiplications des surfaces cultivées, et de leur proportion par agriculteurs. La mécanisation a permis l’augmentation des zones de responsabilité pour ceux-ci, avec ce que ça comporte comme inconvénient en terme de surveillance, entre-autre.

      Vous devez connaître l’ONCFS, j’imagine, aussi pour parfaire votre argumentation, si vous avez un moment : “L’élevage et la commercialisation des sangliers”.
      http://www.oncfs.gouv.fr/IMG/file/juridique_synthese/FS288_charlez.pdf

      J’ajouterai que vous avez été bien prompt à juger la provenance socio-culturelle du rédacteur, vous caricaturez sans plus de source que celui que vous condamnez.

      Tout ça est bien dommage.
      Cordialement.

      @Pierre Rigaux : excellente citation 😉

  47. Dans ma région, la Meuse, les sangliers sont nourris au maïs, tous les jours de l’année, en forêt, mais aussi près des cultures! Forcément, avec ce régime, les sangliers prolifèrent et les chasseurs voudraient se faire passer pour ” les gentils qui régulent”, personne n’est dupe!
    Plus grave, même en dehors de la période de chasse ou des jours de chasse, ils essayent d’empêcher les gens, bien souvent les habitants, de se promener en forêt, avec des menaces déguisées.
    Ils ne veulent surtout pas que l’on touche à leurs business! En effet, des sociétés de chasse en affaires avec des domaines de loisirs ou hôteliers, organisent de véritables journées d’abattage, style safari en faisant venir des touristes et chasseurs étrangers “qui payent”.
    Les habitants de ses villages sont obligés de subir, certain disent qu’ils n’osent même plus sortir pendant ces journées et cela se répète toutes les semaines!

    • Il suscite même des commentaires de très bonne qualité, argumentés et étayés qui font avancer le débat à tous les niveaux.
      Merci à vous pour la qualité de votre intervention.

  48. C’est clairement la fin du droit d’affut pour permettre l’extension des populations d’ongules qui ont marqué le début de la croissance de l’espèce. Cette cla coïncide avec le boum du maïs grain, autre facteur très favorable mais la régulation drastique précédente à disparue et rappelons qu’elle était tout temps et moyens, nuit phares et pièges! Et par tout proprio pu agriculteurs,…et zutreschambe

  49. je voudrais qu’on m’explique pourquoi tuer est un plaisir pour certains ? dans mon jardin je vois passer une chevrette et ses deux faons. avec mes petits enfants je ne pense qu’à m’émerveiller, pas à prendre mon fusil pour les tuer…
    quand je vois une perdrix suivie de ses petits je ne pense pas à les tuer, ni une canne et ses canetons, ni un écureuil, ni une renarde et ses renardeaux, ni une grive, ni un merle, un rouge-gorge, une mésange, un chamois, un bouquetin, une marmotte…
    nous sommes juste sur terre pour apprendre à regarder le monde avec admiration.

      • Bonjour Hugo, C’est bizarre, ma maison est en plein milieu d’une forêt, et la nuit j’entends les sangliers venir dans mon jardin. Ils ne m’ont jamais pourris la vie, ne m’ont jamais emmerder. Par contre les plombs de chasseurs que je retrouve dans mon jardin m’emmerdent beaucoup.

  50. Un discours qui peut s’avérer censé mais malheureusement trop radicaliste encore une fois. Dommage que des chiffres soient ennoncé sans sources, l’absence de source fini par amener le lecteur à vérifier et on s’aperçoit que tout est exagéré, le mais ne représente que 9% des cultures françaises et seul 30% est destiné à l’élevage, l’amidonnerie (fabrication du papier) étant un acteur principal de cette consommation également, ainsi que la fabrication bio éthanol…. et la conclusion est la même pour chaques chiffres énoncés…

    Malheureusement toute crédibilité s’effondre au paragraphe de la stérilisation des animaux, en d’autre terme la castration des mâles, méthode la plus simple à mettre en œuvre. Tout l’article prône une nature libre et un status de nuisible exagéré. Le simple fait d’aborder la stérilisation c’est reconnaître un problème de nuisance….. même si cela est devenu un acte commun pour les animaux de compagnie, les chevaux (allez donc essayer de monter un étalon….) c’est une intervention encore moins naturelle que la chasse et que seul l’homme a inventé…

    En ce qui me concerne j’aimerais mieux être abattu que finir eunuque avec les dérèglement hormonal qui vont avec suite à l’absence de production de testostérone….

    Seul des discours modérés permettront de faire avancer les choses, mais vu l’incapacité de l’auteur à garder son calme et essayer de discuter et d’argumenter lorsqu’il est confronté à des dirigeant de chasses dans les médias…. rien ne changera.

  51. Je pense surtout effectivement que les chasseurs nous prennent pour des idiots. Je suis une personne qui fait beaucoup de marche en campagne du côté de Toulouse.Et je peux vous dire que par chez nous le gibier est plus que rare. Alors oui bien évidemment, lorsqu’il y a des battues , le peu de sangliers qu’il reste , se réfugient dans les centres villes. Mais pourquoi ?juste parce qu’ils ont été délogés de leur milieu naturel. Les mois où la chasse est terminée (enfin à peu près…car il y a toujours des battues exceptionnelles..), nous ne voyons plus d’accidents sur les routes ou de sangliers qui se seraient réfugiés en ville..donc c’est bien que quand on leur fout la paix la sangliers restent dans leurs habitats naturels et ne posent aucun problème. De plus si les chasseurs arrêtaient de faire de l’agrainage à tout bout de champ il n’y aurait pas tous ces problèmes. Pour moi cette chasse est avant tout un loisir sadique pour nos chasseurs. Je demande la fin de la chasse. Car il devient de plus en plus difficile de cohabiter avec ces gens qui s’octroient les forêts. Je demande la fin de la chasse et le retour des prédateurs naturels!!!

  52. Étant vegane je souscrit totalement à votre point de vue Pierre Rigaux. D’autant plus que mon père , chasseur, m’emmenait avec lui quand j’étais enfant et m’a appris à tirer. J’ai vu des chasses privées avec tableau de chasse à la fin, des chasses non privées, j’ai vu l’agrainage que pratiquent les chasseurs pour sédentariser des sangliers, accusés ensuite d’être trop nombreux, j’ai vu des animaux blessés et agonisants par des tirs de chasseurs maladroits. L’achat de territoires par des associations, comme l’ASPA, me semble une belle solution pour protéger la faune, en attendant la disparition des chasseurs. Et vous, que préconisez vous ?

  53. Merci pour ses informations c est très instructif. Je me suis toujours demandé pourquoi on ne cherchait pas une autre solution que la chasse pour réguler le gibier. Le gouvernement devrait inviter à sa table des naturalistes des spécialistes de la faune sauvage pour trouver une solution qui n induise pas la mort des animaux…J espère voir se jour arriver ou nous vivrons animaux et humains en harmonie dans le respect.merci pour vos actions

    • oui on voit en montagne avec la prolifération du loup 12500 animaux domestiques tues en 2018 des chiens en toute liberté l’année (patou) pour protéger les troupeaux je suppose qu’ils particulièrement bien dressés (les chiens) et lorsqu’il croise un jeune chamois un nid de tétras une marmotte ils les lèchent cela on en est sur vive cette écologie destructrice de la nature par des écolos qui vivent en ville et ne connaissent rien a la vie animale,vive l’écologie la vraie.

  54. Ha… Je vois que les chasseurs sont méchants, et que les citadins sont gentils. En campagne on gère les animaux oui c’est vrai. En ville vous pouvez être écolo oui, vous avez pratiquement exterminés tout biotope , et sans parlez de vos maison de campagne qui empiète sur le territoire animal et rural ( avec ces lotissements horrible.) Les gens qui aiment la forêt le samedi dimanche et en semaine vivent dans un endroit stérile de nature, posez vous ces questions….
    Moi écolo,et chasseur je connais et entretien ma nature de mes actes et de mon apprentissage . Et vous? En habitant en ville ne vous rendez vous pas responsable de tout cet immense territoire stérile, de diversité animal , tout en donnant des conseils et votre avis sur ce que vous ne côtoyait pas et avait détruit par votre mode de vie? Moi je suis pour moins d’immense champ mais c’est pour nourrir nos cher citadins qu’il en faut autant ou pour la mondialisation que vous chérissez tant au nom de l’écologie…. Bref un élu richissime ne peut pas résoudre le problème du pauvre…
    Comme un citadin ou un mangeur de viande commercial uniquement ne pourra résoudre les problème ruraux. Guerissez vos villes avant d’apporter votre science a la campagne , vu l’état des villes cherchez plutôt une solution pour vous.
    Bien cordialement
    Un chasseur qui aime LA NATURE, et qui apprends plus des anciens, que de ceux qui ont détruit la forêt pour être mieux… Et détruit nos forêt pour avoir leur céréales et leur pâtes au beurre…
    Sans rancune.
    Rien ne change si rien ne change.

  55. Personnellement j’aime bien manger du sanglier. Mais je pense aussi que les sangliers peuvent être utiles à l’agriculture, en aérant les sols… c’est d’ailleurs leur vocation dans la nature. Je reste à penser que la chasse est une fausse solution au problème. Elle l’a crée, elle ne le résoudra pas. Il est même probable que sans chasse il y aurait moins de sangliers. Après, extraire de la nourriture des forêts ne me choque pas. Mais combien sont gaspillés ? Quelles sont les conditions pour “distribuer” cette viande ?

  56. Tres bon article. Je suis anti-chasse pour une raison ethique et votre analyse me conforte dans mon choix. Tout est fait avant tout pour que les chasseurs puissent s adonner a leur “sport” favori au detriment du respect de la biodiversité et du reste de la population.

  57. Je vous rejoint complètement dans vos explications et pense vraiment qu’avec un changement radical des habitudes des viandards, l’interdiction de l’introduction de gibiers, l’interdiction de l’abattage systèmatique des prédateurs naturels sont des mesures plus que jamais nécessaire pour tous.

  58. Habitant en montagne (650 m d’altitude), les sangliers pullulent…attirés par les monceaux de pommes déposées par les chasseurs. Et, évidemment, ces mêmes chasseurs justifient la chasse aux sanglier prétextant les dégâts qu’ils font aux cultures !!!
    CQFD. Cercle vicieux repris en choeur par la population locale qui se laisse berner par le discours ambiant.

    • lorsque les chasseurs distribuent de la nourriture aux sangliers cela ne contribuerait il pas à limiter les dégats ,je pense que les sangliers une fois qu’ils ont mangés n’ont plus faim.

  59. Merci encore, beaucoup , pour Eux, avec Nous. Vos travaux éclairent, et mèneront très rapidement je l’espère à davantage d’humanité, pour une transformation sociétale.

  60. Intéressant votre approche mais attention il y a environ 500 000 Sangliers tués en France chaque saison de chasse , le nombre de chasseurs diminuent …Le chasseurs paient pour chasser le sangliers….Alors imaginez que l’on arrête de chasser le sangliers ce sera une catastrophe sans contre proposition c’est impensable me semble t-il .

  61. Je suis chasseurs, vous écrivez des choses vraies sans doutes mais aussi des choses qui ne le sont pas totalement, des animaux lâchés j’en ai jamais vu personnellement et quand bien même certain pratique des lâchés ce sont en grande majorité des lâchés de faisan et de perdrix qui comme vous savez très bien le dire avaiebt disparus de nos plaine à cause de l agriculture, pesticides et de la non gestion du renard, du vagabondage d’animaux domestiques tel que les chiens et chats, et les voies routières qui empiète et parcelles l’habitat des animaux sauvages, les forçant à les traversés et qui ce font tapé par des voitures !

  62. Moi je me suis jamais pris la tête avec un sanglier un dimanche après-midi en famille par contre avec un connard de chasseur oui a plusieurs reprises …. la chasse est aujourd’hui uniquement un loisirs pas du tout un moyen de subsistance, et oui oui se sont les chasseurs qui ont contribués a l’augmentation exponentielle du nombre d’animaux et qui ne veulent pas diminuer (stérilisation chimique) leur nombre + l’abandon de certains territoire ruraux profond. Moi j’aime bien la vitesse c’est con j’ai pas le droit de rouler 200km/h avec ma Porsche pourquoi ? A merde j’ai pas le lobby de la chasse ou du pinard avec moi 😉

  63. après les sangliers que penser des chats il y a quelques dizaines d’année les chasseurs régulaient les chats dit haret la population de petits oiseaux étaient alors importante, ne pourrions nous pas réautoriser la chasse des chats par les chasseurs pour revoir nos mésanges,rouge-queue pinson …

  64. Bonjour,je réside en Sologne ici le sanglier est agrainé avec grands soins de plus il est parqué (des porcheries à ciel ouvert)une protéine dans le mais déclenche la fécondité des l’aies,cela explique des naissances hors saison.l’agrainage est une erreur mais contribue à desatdibiliser malheureusement l’image de cet animal(parcs de chasse.laches)
    Quel plaisir à voir des tableaux monstrueux

  65. bonjour,
    cette analyse est exacte.
    On verra dans l avenir avec la modification du climat si la population restera toujours aussi importante.
    merci pour ce travail.

  66. Pour une fois que j’entends quelqu’un de sensé ça fait plaisir. Je croyais être tout seul à raisonner de la sorte.Merci.

  67. Il y a trop de contre vérités dans cette pledoirie pour etre pris au sérieux. On y verra au mieux un “petit vegane”sans grandes connaissances historiques qui se verrait plus favorable au retour des loups ou des ours voire a leur implantation que de s informer par lui meme au lieu de copier coller ce que d autre ignorants ont deja produit et qui ne savent pas plus que lui ce que vivre à la campagne veut dire.

  68. bonjour, je vis depuis 27 ans à 1,5kms du centre ville sur une zone de 3500m2 non cloturée. J’entretiens moi même à la débroussailleuse, au petit robot, et une zone que je laisse sauvage sur 1500m2. J’ai souvent croisé des sangliers sur la départemental qui cause beaucoup d’accidents sur la zone forêt de Chinon et de Villandry. Maintenant, c’est tous les ans, voir plusieurs mois par an qu’ils sont chez moi. Ils ravagent des zones sans arbres devenues pleines de trous, dans lesquelles parfois je mets les pieds malencontreusement, même en arrivant de ma pratique règulière de trail je ne tombe pas, sauf chez moi maintenant. Mes petits enfants de 1,5 an et 3,5 ans doivent être surveillés car je ne peux tout reboucher. Les sangliers déterrent les câbles que j’ai posés pour la partie en tondeuse robot. Le soir quand je rentre de nuit l’ihver sur mon chemin à 100m de la maison, parfois j’en compte neuf, je laisse passer et je me gare 100m plus loin. L’autre soir je les ai chassés en frappant dans les mains à 25m de moi. Ils défoncent les talus qui sont en train de tomber sur ma terrasse. Les chasseurs que je ne vois plus actuellement ne se rendent pas compte combien les sangliers défoncent tous les chemins et tous les murets car ils se rendent sur leur poste de traque en voiture. Les sangliers détruisent aussi les jardins potagers en bord de l’Indre pour aller boire. Il est nécessaire que l’ensemble des chasseurs et élevage prennent en compte ces dégâts. Et si j’avais peur d ces grosses bêtes, mon message serait d’une autre teneur!!!Indre et Loire

  69. Bernard FIEVET, Chasseur depuis plus de 60 ans.

    Situation des espèces petit gibier de 1950 à 1975: Abondantes dans toute la France. La révolution agricole avec agrandissement des territoires, mécanisation intensive, suppression des haies,utilisation des insecticides, a fait disparaître le petit gibier, perdrix et lièvres…. Pour le lapin, cela avait été fait en 1949 et 1950 par le DR Louis Armand Delille, avec introduction de la myxomatose. ( Avec don de la grande médaille de la FNSEA, pour destruction totale d’ une espèce animale…)

    Situation des espèces de grand gibier de 1950 à 1975 : Très médiocre. Rappel en 1975, seuls 35.000 sangliers ont été tués en France sur la totalité du pays. Rappel : Le monde agricole disposait du droit d’ affût pour protéger ses champs des déprédations des sangliers…. Les agriculteurs ont vu en 1969 abrogé leur droit d’ affût, contre l’ indemnisation des dégâts éventuels par les chasseurs….

    Avec des mesures simples : respect de la laie meneuse, respect des animaux de talle conséquente (Les meilleurs reproducteurs) les populations de sangliers, cerfs, chevreuils, Chamois, Mouflons ont prospéré, tandis que le petit gibier disparaissait.

    Le grand gibier à trop prospéré: Depuis 3 ans, les tableaux de sangliers dépassent 700.000 individus par an en France. Le monde de la chasse est pris dans un effet ciseaux, à savoir que le nombre de chasseurs diminue de 2,5 % par an ( A ce jour, environ 950.000 permis, à epsilon près) tandis qu’ il semble impossible malgré des prélèvements de plus en plus grands, d’ arrêter la progression démographique de l’ espèce.
    L’agrainâge doit avoir un but dissuasif : essayer de détourner les compagnies entières d’ aller ravager les immenses champs de maïs, plantés…. juste à côté des forêts, comme c’ est curieux!!! Mais cela c’ est de la théorie: cela ne marche absolument pas… Jamais une laie ne préfèrera un dépôt de maïs, à un succulent champs de maïs en lait….

    En 1950, sous l’ égide de François Sommer, un parc avait été crée en Ardennes 08 Belval, pour permettre la réintroduction du cerf en France. De nombreuses études ont été menées dans ce parc. Nous pensons qu’avec les densités animales actuelles, (toutes espèces confondues) ces parcs ne devraient plus exister, car les forêts libres sont hyper peuplées. Mais, étant donné que la chasse est basée sur le droit de propriété, tout un chacun peut engrillager ses hectares, et dire aux visiteurs indélicats: Ici c’ est chez moi, vous n’ avez pas à y pénétrer pour y déposer vos papiers gras, et me chouraver mes champignons, je vous enquiquine…

    Je rappelle que la forêt n’ est pas “à tout le monde”…. (A l’ exception des domaniales)

    Je regrette très vivement l’existence de ces parcs ou enclos de chasse, qui pour moi, sont aujourd’hui injustifiables. Le Président Daillant avait dit que ces structures étaient “Les Bordels de la chasse”

    Il y a des parcs de très petite surface ( 5 Ha) où se trouvent 3 ou 4 sangliers. ils sont destinés à l’ entrainement des chiens. Il existe aussi des parcs d’ élevage, et il me semble que la densité animalière doit être supérieure a 1 sanglier par Ha (à vérifier) Les parcs de chasse sont de taille variable de 50 à 1000 Ha, en principe entièrement clos. Ce parc peur être dénommé enclos de chasse, si il comporte une habitation sur sa superficie.. (On se rapproche alors de Maisons closes….)

    Je ne suis allé qu’ une seule fois dans une telle structure, avec espoir d’ y tirer un faisan vénéré, ce qui ne s’ est pas fait. Maintenant, il me semble moralement intolérable d’ enfermer des grands animaux dans un enclos pour ne leur promettre qu’ un avenir carcéral avec la mort au bout… ceci moyennant quelques billets au propriétaire des lieux. ( entre 250 à 400€/ jour)

    A part cela, je ne suis pas végétalien, végétarien, ou bien végan: J’ ai plaisir a manger mon gibier, Sarcelles, bécassines, tétras lyre ( oui, oui!!) chevreuil. Mais rassurez -vous, ayant constaté la disparition du petit gibier dans nos plaines, je n’ ai pas tué un lièvre ni un perdreau en France depuis 1985….

  70. Le lièvre est une espèce qui s’adapte bien à l’agriculture intensive et aux milieux “très” ouverts actuels… J’en ai plein sur ma pauvre parcelle agricole pelée épuisée par des années de culture intensive du maïs, et que j’améliore au mieux pour faire du maraîchage, et où je replante autant de haies que possible… Dans l’optique de réinviter la faune, et de nourrir les humains avec mes légumes. Parce que le maïs grain des céréaliers, ce n’est pas pour faire du maïs doux en boîte! C’est pour l’élevage intensif et les agrocarburants. Et les sangliers, j’oubliais. Comme bien dit dans l’article, une infime minorité d’agriculteurs sont chasseurs. On a trop de boulot pour ça, et trop peur que nos bêtes prennent du plomb! Actuellement, la majorité des chasseurs est constituée par les professions libérales, donc des gens avec des moyens financiers plutôt aisés, et a priori plutôt urbains. Je ne crois pas trop en leur connaissance ancestrale de la faune sauvage… Par contre le tableau ça fait bien quand on reprend le lundi.
    Personnellement j’ai eu plus de problèmes de prédation de mes poules par les chiens de chasse que par les renards. Si possible le prochain chien prendra un coup de fourche à fumier, faute de pouvoir le donner à son propriétaire. J’aime mes poules comme des animaux de compagnie, sans clivage compagnon/animal de rente. Un truc qui me révolte encore plus, les femmes qui chassent, je trouve encore pire le non respect de la vie venant d’elles. Pour finir le meilleur moyen de gérer la nature, c’est de la laisser se gérer elle-même, aussi isolée des humains que possible. Pour qu’on puisse marcher dans les bois sans trembler. Ah oui, vous l’aurez deviné, je cultive en AB… et suis végétarienne.

  71. Votre article me laisse un peu sur ma faim, mais il a le mérite de faire débattre.
    -démographie des sangliers après un arrêt de la chasse ? (800 000 prélevés la saison dernière selon le bilan sanglier – ce qui n’est qu’une part de la population totale française)
    – régulation naturelle par le loup? celui-ci ne mangerait que des sangliers ? là les chevreuils et les éleveurs d’agneaux auront du souci à se faire; ce qui préconisent l’expansion du loup sont bien tranquilles car eux ne risquent pas de se faire dévorer leurs agneaux !
    -sans être devin, il y a plus à parier que la régulation naturelle se fasse par une pandémie toujours liée à une surpopulation,(brucellose/bouquetins dans les alpes) mais n’y aurait-il aucun risque de contamination des humains ? lire dans le marc de café me semble plus facile.
    Chasseurs/écologistes dénonçons les mauvaises pratiques de la chasse et manifestement la chasse du sanglier en battue
    concentre la majorité des problèmes, mais de grâce ne mettons pas tous les chasseurs dans le même sac, les pratiques sont très différentes en enclos ou dans les chasses banales du Sud, une alternative pourrait être le développement de la chasse à l’approche ou à l’affut.
    Quant au régime végétarien voire végan très bien si l’on ne l’impose pas à tous, mais dites moi, comment faites vous avec la B12 ??
    n’avez vous pas peur que la cervelle parte en live, il peut être sage de consulter.
    Enfin que dire de situations ou une chasse raisonnée a permis de sauver une espèce menacée de disparition !!! dans le Parc National des Pyrénées, en cherchant un peu vous allez bien trouver qui ? pourquoi ? et comment ?
    Je ne fais pas ces remarques pour vous faire changer d’avis, çà cet votre problème, je ne suis animé que par un souci d’écoute,
    d’échange et de respect. Merci pour votre article.

  72. bonjour

    oui il y a un soucis avec la population de sangliers. Et je ne suis pas antichasse à tout prix mais la chasse me laisse de gros gouts amers après avoir cotoyé nombre de fois des chasseurs.

    Est ce que les chasseurs sont prêts à :
    – laisser un jour du week end sans chasse pour les autres (la portée d’une balle c’est supérieure au kilomètre)
    – organiser des battues sur un massf forestier et indiquer et libérer un autre massif forestier à proximité pour que les autres activités puissent aussi profiter de la foret, les chasseurs c’est 1 millions de chasseurs, nous on n’est que 66 millions et aller en foret pendant la chasse c’est trop dangereux et pas à cause des 66 millions de non chasseurs

    Pour l’agrainage, serait il possible de ne pas mettre des distributeurs à maïs mais d’épandre en linéaire suivant les recommandations. Oui c’est chiant d’enterrer sur de grandes distances 5 kilos de maïs mais ca occupe le sanglier trop peu de temps qui ensutie a tout son temps pour aller dans la culture d’à coté
    Serait il possible aussi de focaliser sur les laies pour abaisser la population à venir, sinon les tableaux de chasse ne baisseront pas (ce que je pense être le but) et la régulation devient un messaege
    SErait il possible d’arrêter les élevages de Cochongliers et de sanglochons qui a bien contribué au bordel ,les chasseurs ayant entrenu une situation qui échappe à tous maintenant
    SErait il possible de faire le ménage de la petite minorité de chasseurs incompétents, non sobres et irresponsables. Non ils ne sont pas nombreux, mais oui ils contribuent à ce que personne n’aime la chasse

    Si tout cela est fait et bien fait alors il y a uen chance que la chasse soit moins détestée et donc mieux tolérée. Je reste contre la chasse telle qu’elle est faite actuellement mais je la tolère si ce n’est pa fait n’importe comment (et j’ai déjà baigné dans le sang d’une jument pleine abattue à moins de 150 m d’une habitation, j’ai aussi recu des plombs qui redescendaient pendant un footing parce que le brutus de service avait décidé que la foret était à lui, moi je longeais juste le bois par le chemin agricole), bref j’ai déjà constaté bien des abus mais si je sais qu’il y a un paquet de chasseurs raisonnables, à un moment il faut faire le ménage
    bon courage ,j’y crois peu
    Bruno

  73. Les écologistes ont raison et les chasseurs n’ont pas tort. Nous tournons en rond. Et nous savons tous pourquoi,le problème est beaucoup plus grand.
    On est trop nombreux sur terre et la situation est intenable. La Terre a perdu la moitié de ses populations d’espèces sauvages en 40 ans !! je ne pense pas que c’est la faute des chasseurs uniquement .
    Une battue de l’être humain serait une bonne idée peut être ?

  74. Et si on pouvait discuter sans s’invectiver ou même s’injurier? Il mes emble que ce serait mieux.
    On peut échanger (heureusement),dans un Pays libre ,on peut avoir des opinions divergentes.
    Au delà des préjugés, essayons d’abord de nous écouter (ou de nous lire).

  75. Bonjour à tous,
    le problème, me semble t-il est que notre densité humaine, la fragmentation des territoires rendent impossible l’existence d’un vrai gibier sauvage, hormis ongulés et suidés. Plus de place pour le gibier à plume, d’où les élevages et les personnes indignes qui les tuent à peine relâchés.
    Concernant les sangliers, si les chasseurs voulaient réellement baisser les effectifs, ils tireraient aussi les laies…..mais ils aiment tuer et la viande de sanglier leur plaît trop – il doit s’en vendre des quantités auprès de la restauration, d’où possibilité de bénéfices substantiels-.
    Quelques chiffres éloquents concernant les oiseaux :64 espèces chassables en France contre 24 en moyenne en UE, 13 en Belgique, seulement 3 aux Pays Bas…
    20 espèces jugées en déclin mais chassées en France contre 5 seulement en moyenne dans les pays de l’UE !!
    Les chasseurs Français ne sont pas raisonnables dans une forte proportion, voilà le problème. Qu’il en existe de compétents, de sérieux, certainement, mais cela n’efface pas tous les abus des autres…..
    Un million de chasseurs ne devrait pas se croire propriétaire de la faune de notre pays qui appartient à chacun….

  76. Quel plaisir la Chasse. J’ai eu le plaisir d’être bouton d’équipage , et évidement de chasser le sanglier. C’est une activité passionnante qui allie de nombreuses compétences et l’ou on y trouve des gens merveilleux. Le plaisir des armes aussi, des l’ordre des choses bien faite. Cet art dépasse bien des autres activités humains. Hélas comme souvent la médiocrité et l’ignardise se mêle à la harangue des jaloux, des faibles de corps et d’esprit qui pensent que l’idéologie est une vertue. Je n’ai que peu rencontré des opposants à la chasse ayant des arguments qui se tiennent. Hélas leur manœuvre de citadins politisés leur donne l’accé a certains édiles les plus corrompues de notre triste société qui cache la mort, le sang et les valeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *