Le paillage : que des avantages (ou presque) !

Un sol nu, la nature ne connait presque pas. Le paillage, en cela, permet de rétablir un équilibre entre contraintes de productions et milieu de production : obtenir le résultat souhaité (légumes, fleurs, aromatiques, etc.) sans mettre le sol à mal. Mais le paillage ne se limite pas à respecter le sol, il permet de limiter son temps de travail, d’utiliser bien moins d’eau, de multiplier la présence de microfaune, dont les vers de terre, et donc d’augmenter la croissance des plantes, et bien d’autres choses. Pour certains cas, le paillis reste cependant une technique à utiliser avec modération.

Ce que vous allez apprendre

  • Quels sont les avantages du paillage
  • Quels sont les différents types de paillage
  • Quels sont les limites de l’utilisation d’un paillage
  • Comment réaliser un paillage

Les avantages du paillage

  • Esthétique

    Un paillage peut être esthétique… car oui, selon le type de paillage choisi on peut très bien travailler le visuel de son potager. De beaux poivrons « Golden Treasure » ou de belles tomates « Copia » sur fond de paillis minéral, ça peut faire un effet bœuf !

  • Battance

    Sur un sol nu va facilement se créer une « croute » sous l’effet de la pluie. Ce phénomène, plus ou moins marqué, est désigné par le terme de « battance du sol » et est signe d’un sol dégradé. Le paillage évite ce phénomène pour la simple et bonne raison que la pluie ne tombe pas directement sur le sol, elle est amortie par le paillage.

  • Diminuer l’éclaboussure des plantes

    A cela se rajoute la limitation des éclaboussures dues à l’eau tombant directement sur le sol, ce qui réduit le risque de maladie cryptogamiques (maladies causées par un champignon), mais laisse aussi vos légumes plus propres pour la consommation !

  • Evite l’évaporation, limite l’utilisation de l’eau et réduit le temps de travail

    Un paillage retient cette même eau en limitant son évaporation. En effet, grâce au paillage, l’eau reste dans le sol sur une plus longue durée. Plus longtemps disponible pour les plantes, elle leur permet d’avoir un milieu plus propice à leur croissance grâce à l’eau disponible. Dans cet objectif, on peut également ajouter de la terre de diatomée à la démarche et maximiser ainsi la rétention d’eau. On réduit donc dans le même temps l’utilisation d’eau d’arrosage ET son temps de travail.

  • Adventice et donc concurrence lumière

    Un paillage réalisé dans les règles de l’art va très fortement limiter la croissance des adventices et autres concurrentes des plantes potagères. Le sol étant recouvert, les indésirables n’ont pas accès à la lumière et n’ont donc pas la possibilité de croître. Moins de produits chimiques désherbants → moins de travail → moins d’adventices → moins de concurrence → plus de production !

  • Repousser les ravageurs

    Selon le type de paillage et les problèmes rencontrés dans le potager, il est possible de limiter la présence de certains ravageurs. Par exemple, un paillis de restes de coquilles de noix sera une véritable barrière à la progression des limaces et autres escargots.

  • Microfaune et décomposition

    Dans la catégorie microfaune « auxiliaire » : collemboles, protoures, diploures et autres vers de terre n’évoluent jamais sur sol nu. Un paillage permettra leur présence et, du même coup, l’activation en bonne et due forme de votre sol. En effet, tous ces décomposeurs de matière organique vont nourrir votre sol et le rendre pour ainsi dire plus fertile.

  • Tampon thermique

    À la tombée du jour, le paillage va jouer un rôle de rétenteur de chaleur. Cette dernière sera gardée dans le sol par le paillage qui sert alors de tampon thermique entre la terre et l’air. On augmentera ainsi la vigueur des plantes autant que leur longévité.

  • Lessivage et lixiviation

    L’eau pénétrant dans le sol trop rapidement emmène avec elle nombre d’éléments importants pour lui. Le phénomène de lessivage (entrainement de particules solides — ex : argile) et de lixiviation (entrainement de particules solubles — ex : azote) est diminué par la présence d’un paillage qui limite donc l’appauvrissement des sols.

  • Eviter l’utilisation de désherbants chimiques et diminuer le temps de travail

    Un paillage réalisé comme il se doit (sur une terre bien aérée où toutes les adventices ont été retirées avec soin) ne verra quasiment pas de plantes concurrentes à la culture en place. En effet, les adventices n’ayant pas accès à la lumière du fait du paillage, elles ne pourront pas pousser. Et voilà que l’on se débarrasse des désherbants ! Quant à l’eau, le sol étant protégé du soleil et du vent, il s’assèche bien moins vite et permet des économies considérables.

Dans la nature, le sol nu n’existe quasiment pas (hormis les roches ou les déserts). Il suffit de prendre l’exemple de la forêt et de sa « litière forestière », couche de végétaux (feuilles, mousses, branchages de toutes tailles, humus) recouvrant l’intégralité des sols, pour le comprendre. Inutile d’essayer envers et contre tout de réinventer la nature : laissez vos sols recouverts !

10 plantes pour recouvrir un sol nu

Les différents types de paillage

  • Feuilles mortes

    Les feuilles mortes sont tout à fait d’à propos pour constituer un paillage dit « végétal ». Une fois un minimum humidifié elles tiendront au sol sans problème. On peut viser de 8 à 10 centimètres d’épaisseur (l’équivalent de ce qui tomberait d’un arbre).

  • Tonte de gazon

    Toujours dans la catégorie végétale, la tonte de gazon, souvent disponible en masse, est tout aussi indiquée même si elle se décompose assez rapidement et demande à être remplacée régulièrement. Le gazon fermente et peut augmenter la température du sol, mieux vaut donc viser une épaisseur de 1 centimètre qui se décomposera rapidement et que l’on renouvellera.

  • Paille de céréales

    La paille de céréales est très efficace si tant est qu’on en place une couche assez épaisse (5 à 8 centimètres assez tassés). Elle a également l’avantage de se trouver relativement facilement.

  • Écorce de pin

    Les écorces de pin se trouvent dans le commerce sans difficulté, il faut néanmoins faire attention aux plantes qui en bénéficieront du fait de l’acidification du sol par les écorces.

  • Bois Raméal Fragmenté

    Gros plan de BRF - Bois raméal fragmenté prêt à l'emploi

    Le Bois déchiqueté, aussi appelé Bois Raméal Fragmenté ou BRF ou encore copeaux de bois, est certainement la meilleure des options. Il s’agit de récupérer les déchets de taille des haies et de les broyer. C’est une des plus belle valorisation de la haie que l’on puisse faire, mais il convient de le réaliser en fin de saison (à la période de taille… logique !) et, une fois le bois déchiqueté, le placer dans les jours qui suivent.

  • Paillettes de lin

    La paille de lin, également appelée « paillette » parce que bien plus fine, est très appréciée pour son côté esthétique. Prenez garde à bien l’arroser à l’installation pour éviter qu’elle ne s’envole.

  • Toile de coco, toile de jute et feutre de paillage

    La toile de coco, la toile de jute ou le feutre de paillage ont un très bon comportement et permettent par ailleurs des plantations de grande taille. Ils existent en rouleau ou en dalle selon les contraintes de terrain.

  • Paillis minéraux

    Le paillage minéral permet de réchauffer le sol et de ne pas avoir à le changer ou à le renouveler chaque année. Mais cela veut également dire qu’il faut pouvoir, dans sa tenue de jardin ou d’exploitation, pouvoir se le permettre. Ainsi, hormis le fait qu’il faille sélectionner des plantes à pailler qui aiment particulièrement la chaleur, on pourra aussi en choisir le rendu esthétique.

Un paillis confectionné à base de branches malades ne doit pas être mis au pied des plantes pour éviter tout risque de maladies cryptogamiques (maladie causée par un champignon). Fougère, prêle, aiguilles de pins et thuya sont réputés antifongiques et peuvent donc palier à ce problème, mais non sans gros risques d’impacter la vie du sol. Il faudra donc éviter de mettre les restes de paillis de ce type dans le compost ou de les laisser au sol, voire de les enfouir, sans quoi vous allez stopper l’activité de votre sol en réduisant la présence de tous les champignons !

En cela, par exemple, le thuya pose même un véritable problème de retraitement dans les centres de tri. Ensemble, tuons les thuyas !

Le paillage oui, mais…

  • Limitation du réchauffement des sols

    Si le paillage permet de garder la chaleur, posé trop tôt, il empêchera le sol de se réchauffer au printemps.

  • Acidification des sols

    Certains paillis ne sont adaptés à toutes les cultures. Le thuya ou les écorces de pins, que l’on pourrait penser comme étant utilisable sans problème, vont acidifier les sols ou risquer de le déstabiliser en tuant les champignons.

  • Périodes de paillage pour éviter la rétention de l’eau, selon le type de sol

    Garder l’eau dans le sol est une bonne chose… mais pas trop. Le paillage peut également étouffer le sol en retenant trop d’eau (surtout en période de fortes précipitations) ou quand le sol en retient déjà lui-même. Un sol gorgé d’eau ne verra pas de microfaune se développer.

  • Sans culture, favoriser le couvert vivant

    Si le sol doit rester nu pour une raison ou pour une autre ou si, comme lors du point précédent, on a un sol présentant beaucoup d’eau, il faudra favoriser un couvert vivant pour faciliter l’évacuation de l’eau en surplus.

  • Certaines plantes n’aiment pas le paillis

    Certaines cultures demandant peu d’eau (ail, oignon, échalotes) et n’apprécient donc pas le paillage. Dans la même veine, les jeunes plants seront pour la plupart ravi de voir le paillage arriver… 7 ou 10 jours après plantation.

  • Pas de replantation

    Les plantes paillées ne peuvent pas se ressemer elles-mêmes.

Comment pailler

Avant de réaliser votre paillage, préparer la terre est essentiel notamment en la grattant un peu, mais surtout en faisant en sorte d’avoir tout désherbé au préalable. C’est au moment de ce désherbage que vous sentirez, à la main donc, si la terre s’est déjà réchauffée ou non (pas de paillage sur sol gelé).

S’il faut faire attention à ne pas étouffer vos jeunes plants avec votre paillis, vous pouvez aussi en rajouter au fur et à mesure. Le paillage se dégrade de toute façon en cours de saison (hormis le minéral), nécessitant des rajouts. Essayez de maintenir un paillage végétal de 6 à 10 centimètres d’épaisseur, n’hésitez pas !

Arrosez bien votre paillage lors de son installation pour éviter qu’il ne s’envole et pour faire en sorte qu’il commence à participer de la vie du sol. Faites bien attention à ce que le paillage reste un minimum aéré pour éviter d’étouffer le sol en dessous.

Défi-Ecologique vous recommandeUne bonne terre pour un beau jardin : Paillage, engrais verts, grelinette19€30
Défi-Ecologique vous recommandeLe petit livre du paillage et de la permaculture5€90
Défi-Ecologique vous recommandeLe sol vivant : Bases de pédologie, Biologie des sols99€50

En résumé

Les paillages sont réellement pleins d’avantages, c’est un fait. Nombres de solutions existent autant pour le particulier souhaitant être cohérent avec son potager, que pour le professionnel qui a ses contraintes de terrain. Il faut cependant éviter quelques erreurs et bien entendre que c’est une connaissance de notre sol qui fera la différence… comme souvent.

Reste à creuser la façon dont il faut mettre tous ces paillis en place, mais j’imagine que vous avez des retours d’expériences à nous faire ? N’hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires ci-dessous !

Julien Hoffmann

Peut-on imaginer d’autres paillages encore ?

Commenter

Les spécialistes du sujet sont sur vos réseaux sociaux préférés

Julien Hoffmann

Julien Hoffmann

Fondateur chez DEFI-Écologique
20 ans de fascination pour la faune sauvage de programme de réintroduction en parcs zoologiques et désormais entrepreneur au sein d’une Coopérative d’Activité et d’Emploi : Participer à notre avenir en transmettant et débattant, un nouveau défi !
N'hésitez pas à me contacter par e-mail : julien@defi-ecologique.com.
Julien Hoffmann

Vous aimerez aussi...

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "Le paillage : que des avantages (ou presque) !"

Notify of
avatar
Sort by:   newest | oldest | most voted
Christophe
Invité

Je suis content d’avoir lu cet article. Déjà sensibilisé à la permaculture et autres astuces pour épargner son sol, la nature, son temps de travail, etc. je lis souvent ce genre d’article mais je ne vois que rarement les inconvénients à prendre en compte pour optimiser l’usage du paillage…

Schaefer
Invité

Bonjour, l’article est plutôt complet. Néanmoins j’aurais rajouté le foin comme mode de paillage car idéalement il doit protéger et nourrir la microfaune du sol et pour cela le foin et l’un des plus complet . Cela dit merci pour cet article qui m’aura tout de même permis d’apprendre certaine choses.

Toumi
Invité

Merci pour cet article très instructif !

wpDiscuz