Haie champêtre chez le particulier : esthétique et biodiversité

Depuis 50 ans une utilisation plus intensive des terres agricoles et une pression de l'urbanisation on fait perdre des centaines de milliers de kilomètres à la haie champêtre donnant un rôle à jouer aux particuliers dans la recréation de milieux pour la biodiversité.

Mais, au-delà de la « simple » replantation, les haies champêtres ce sont aussi des couleurs dans le jardin avec un indéniable impact esthétique et une foule d'autres avantages.

Ce que vous allez apprendre

  • Pourquoi il est intéressant de planter une haie chez vous
  • Ce qu'il faut prévoir avant de se lancer dans l'aventure de la plantation
  • Les bases des étapes de plantation d'une telle haie

Les haies champêtres en régression ?

Si la suppression à grande échelle des haies et arbres champêtres épars des années 1960 à 1980 est aujourd’hui révolue, près de 70% des 2 millions de kilomètres de haies vraisemblablement présents en France à l’apogée du bocage (1850-1910) ont été détruits, soit 1,4 million de kilomètres.

Le développement des actions de plantations (environ 2 500 km plantés en 1997) ne compense cependant pas la suppression des haies et des arbres épars.

Jacques Detemple - Haies Vives d'Alsace
L'agriculteur se soucie de la qualité du sol, de la protection apportée aux cultures, aux bâtiments et aux animaux d'élevage, de la présence d'auxiliaires et de pollinisateurs, de la limitation des intrants, de l'opportunité apportée par le bois d'œuvre et le bois de chauffage.
Le naturaliste se soucie de la richesse des écosystèmes et de la préservation de la faune et de la flore.
Le promeneur, l'habitant et la collectivité se soucient de leur cadre de vie, d'un environnement sain, de la richesse du paysage et de la qualité de l'eau.
La haie et l'arbre champêtre nous mettent tous d'accord. Mobilisons-nous pour les milieux arborés !

Pourquoi une haie champêtre ?

Arbre en fleur dans une haie champêtre
Arbre en fleur dans une haie champêtre Attaleiv
  1. Elle sert de brise-vent.

  2. Elle vous fournira, si vous optez pour des fruitiers, toute une gamme de fruits.

  3. La haie champêtre abritera nombre d’insectes en fonction de ses différentes périodes de fleurissement, mais aussi en fonction des abris qu’elle pourra leur fournir sans compter ceux qui se nourrissent de bois mort (dits « saproxyliques »).

  4. Elle permettra aussi à l’avifaune de s’y réfugier, de nicher et de s’y nourrir.

  5. Comme pour les oiseaux et les insectes, tout le cortège de la petite faune saura tirer parti d’un tel milieu (pensez à laisser des ouvertures dans vos grillages pour laisser passer les hérissons !).

  6. La haie champêtre fleurit. Elle fleurit au printemps oui, mais peut fleurir en été tout comme en automne aussi. Si on rajoute à cela taille et forme des feuilles autant que tout le panel de tons incroyables entre variétés et saisons, et vous avez rapidement un tableau qui évolue tout au long de l’année.

  7. Elle consommera les nitrates, dont les arbres et arbustes ont besoin pour croître, et dépolluera ou limitera la pollution des sols.

  8. Un sol protégé du lessivage par une haie champêtre et, de fait donc, riche en humus aussi, abritera une foule de micro-organismes décomposeurs améliorant la qualité du sol et rendant de nombreux services écosystémiques (notamment celui de décomposer tout ou partie des produits chimiques tels que les pesticides et herbicides).

  9. Elle produira de l’humus, à partir de ses feuilles et autres déchets tombés au sol, ce qui l’enrichira.

  10. Vous pourrez ainsi également broyer les résidus de taille et les utiliser comme bois raméal fragmenté, simple paillage pour votre potager et vos bordures de fleurs ou pour alimenter votre compost.

  11. Dans les régions à fortes chaleurs elle peut être réfléchie de manière à produire l’ombre telle qu’on la souhaite en fonction de son orientation et de sa hauteur.

  12. Parce que planter une haie avec vos enfants est un excellent moyen de les amener à prendre conscience du rythme auquel fonctionne la nature et plus particulièrement la lenteur (relative) à laquelle se développent les plantes arbustives.

  13. La haie champêtre participera du drainage des eaux de pluie qui s’infiltrent alors plus facilement dans le sol en suivant son système racinaire, limitant du même coup l’érosion des sols.

  14. Parce qu’il est aussi possible de penser sa haie dans le cadre des problématiques locales de protection des espèces (oiseaux, insectes, etc. en danger), la haie peut permettre à tout un chacun de participer à la conservation d’espèces dont les effectifs sont faibles.

Avifaune

De 1989 à 2013 on a constaté une diminution de 31% des oiseaux présents en milieu agricole.

Sur 273 espèces d’oiseaux nicheurs en France, seuls 10 posent problème au niveau agricole.

60% des oiseaux se nourrissent d’insectes.

En 30 ans, la population d’oiseaux a diminué de 420 millions en Europe.

À titre d’exemple, un couple de mésange bleue (Cyanistes caeruleus) et sa nichée consomment jusqu’à 500 insectes par jour.

Que faut-il planter pour avoir une haie champêtre digne de ce nom ?

Haie champêtre chez un particulier
Haie champêtre chez un particulier Calimaq

On ne plantera que des essences locales, c’est un fait.

D’une part parce qu’elles sont adaptées au terroir, ce qui leur vaut leur dénomination et qui garantira une meilleure adaptation, une meilleure résistance et une meilleure croissance.

D’autre part, si elles sont locales c’est bien qu’elles participent à un écosystème qui peut nous échapper mais qui est sans aucun doute déjà installé.

On pense notamment aux oiseaux qui se nourrissent des fruits de la haie champêtre selon les différentes périodes de l’année, mais aussi aux insectes pollinisateurs qui, s’ils pollinisent, doivent avant tout se nourrir et donc trouver des fleurs tout au long de l’année. Entre autres…

Au-delà de cela, implanter dans sa haie champêtre des essences qui ne sont pas autochtones peut avoir de nombreux impacts néfastes. Oui, certaines variétés sont esthétiquement très belles, mais :

  • Leurs racines peuvent concurrencer excessivement les autres essences.

  • Leurs feuilles ne se décomposeront peut-être pas aussi rapidement.

  • Leurs fruits, aussi petits soient-ils, peuvent attirer des ravageurs habituellement moins nombreux.

  • Leurs feuilles ou aiguilles auront éventuellement des propriétés contraignantes (l’exemple du thuya aux propriétés fongicides empêchant littéralement le sol de fonctionner correctement pose désormais des problèmes lourds de conséquences, même financières, jusqu’aux centres de tris).

  • Leur durée de vie pourra être bien moins longue du fait de leur inadaptation au climat.

  • Leur présence dans le paysage pourra être déplacé, voir marquant.

10 plantes recommandées pour une haie champêtre

  • Baguenaudier — Colutea arborescens

    Baguenaudier dans une haie champêtre
    Baguenaudier dans une haie champêtre Cassiopée2010
  • Camérisier à balais  — Lonicera xylosteum

    Camérisier à balais dans une haie champêtre
    Camérisier à balais dans une haie champêtre Daniel Fuchs
  • Cerisier à grappe — Prunus padus

    Cerisier à grappe dans une haie champêtre
    Cerisier à grappe dans une haie champêtre Prazak
  • Épine-vinette — Berberis vulgaris

    Épine-vinette dans une haie champêtre
    Épine-vinette dans une haie champêtre Muriel Bendel
  • Érable champêtre — Acer campestre

    Érable champêtre dans une haie champêtre
    Érable champêtre dans une haie champêtre Willow
  • Nerprun purgatif — Rhamnus cathartica

    Nerprun purgatif dans une haie champêtre
    Nerprun purgatif dans une haie champêtre Radio Tonreg
  • Noisetier — Coryllus avellana

    Noisetier dans une haie champêtre
    Noisetier dans une haie champêtre Cassiopée2010
  • Coronille faux-séné — Hippocrepis emerus

    Coronille faux-séné dans une haie champêtre
    Coronille faux-séné dans une haie champêtre Isidre Blanc
  • Sureau noir — Sambucus nigra

    Sureau noir dans une haie champêtre
    Sureau noir dans une haie champêtre Willow
  • Viorne Lantane — Viburnum lantana

    Viorne Lantane dans une haie champêtre
    Viorne Lantane dans une haie champêtre Meneerke Bloem

Les bases des étapes de plantation d’une haie champêtre

Jolies fleurs rouges
Jolies fleurs rouges Ghislain
  1. Il vous faudra tout d’abord réfléchir l’implantation de votre haie entre objectifs de la plantation et obligations légales.

  2. Sélectionnez alors les essences qui constitueront votre haie champêtre, encore une fois en fonction des objectifs que vous vous serez fixé tels que favoriser les auxiliaires de culture, participer à la préservation de certaines espèces ou encore travailler l’esthétique de votre extérieur.

  3. Préparez un schéma de plantation qui vous permettra à la fois de mieux visualiser votre haie à venir mais aussi de la matérialiser.

    Il est ainsi conseillé de créer des lots afin de bien mélanger les différentes catégories de végétaux et de les disposer en quinconce sur 2 lignes.

  4. Organisez-vous de manière à planter de décembre à mars.

  5. Préparez votre sol à travers un désherbage mécanique, labour et sousolage si besoin est, à l’aide d’une mini-pelle.

    Évitez d’intervenir sur un sol trop humide car vous risqueriez de tasser, compacter votre terre et ainsi d’obtenir l’effet inverse que celui souhaité.

  6. Après vous être fourni en plants, vérifiez leurs racines et taillez-les si certaines sont mortes ou trop abîmées.

    Mettez vos plants en terre après avoir trempé les racines dans un pralin en prenant bien garde de ne pas plier les racines, de faire en sorte que le collet soit à ras du sol.

    Arroser est inutile voir contre-productif car cela rendrait les racines “fainéantes” alors que sans arrosage elle seront obligées de se développer fixant le plant au sol par la même. Un paillage de qualité est néanmoins impératif.

  7. Le pralinage

    Pralinage d'une haie avant plantation
    Pralinage d'une haie avant plantation William Sandras

    Le « pralinage » des racines avant la plantation permet de les aider à adhérer plus rapidement à la terre mais aussi de faire en sorte qu’elles ne dessèchent pas ou peu. Pour cela il vous faudra réaliser un mélange, le pralin, dans lequel vous tremperez les racines pour les en enduire :

    • 1/3 de terre

    • 1/3 de bouse de vache

    • 1/3 d’eau

    Vous pouvez également acheter des pralins commerciaux.

  8. Afin de maximiser les chances de réussite de votre haie il est fortement conseillé de pailler celle-ci pour au moins les 3 premières années pour améliorer la disponibilité en eau et limiter la concurrence des autres plantes.

    Vous pourrez utiliser pour ceci tous les produits habituels du paillage ; la fibre de coco étant une bonne solution.

  9. Protégez vos plants contre les dents des animaux, si besoin est, et de la manière que vous jugerez la plus efficace (grillage, filets, piquets, systèmes anti-abroutissement, etc.).

Pour conclure

La haie champêtre est moins anodine qu'il n'y parait de prime abord, son impact environnemental est indéniable et ses utilités, quelles que soient leurs formes, sont effectivement nombreuses.

La prise de conscience généralisée de notre impact sur l'environnement devrait permettre à la haie champêtre d'avoir de beaux jours devant elle dans les jardins de tout un chacun.

Mais qu'en est-il de la haie champêtre en plein champ ou dans le domaine public ?

Portrait de l'auteur

Et vous, qu'avez-vous réalisé dans votre jardin ?

Commenter

Assurez-vous d’un suivi de terrain efficace et argumenté qui sera le socle de votre futur projet de gestion ou de développement durable

Études de terrain

Nous vous aidons à tirer profit de la démarche d’études de terrain en allant au-delà du cadre réglementaire pour en bénéficier sous tous les angles, notamment en matière de développement.

Études de terrain

en savoir plus

Les spécialistes du sujet sont sur vos réseaux sociaux préférés

Logo de Haies vives d'Alsace

Haies vives d'Alsace

Logo de Haie Magique

Haie Magique

Logo de Afac-Agroforesteries

Afac-Agroforesteries

Logo de Association Française d'Agroforesterie

AFAF

Logo de Le Petit Pépiniériste

Le Petit Pépiniériste

Logo de Parc Naturel Régional du Vexin français

PNR Vexin

Portrait de l'auteur

Julien Hoffmann

Rédacteur en chef — DEFI-Écologique

Fasciné depuis 20 ans par la faune sauvage d'ici ou d'ailleurs et ayant fait son métier de la sauvegarde de celle-ci jusqu'à créer DEFI-Écologique, il a également travaillé à des programmes de réintroduction et à la valorisation de la biodiversité en milieu agricole.

Il a fondé DEFI-Écologique avec la conviction qu'il faut faire de la protection de l'environnement un secteur économique pour pouvoir réellement peser sur les politiques publiques.

 Julien est membre de DEFI-Écologique.

Vous aimerez aussi

6
Poster un commentaire

2 Comment threads
4 Thread replies
2 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Marie

Merci pour tous ces conseils, votre site est une mine d’informations.

Natan

Bonjour,

Étudiant en Aménagement Paysager j’ai toujours appris l’importance de faire le plombage hydrique après toute plantation, même en temps de pluie, pour une bonne reprise des végétaux.

Je souhaiterais, du coup, avoir votre avis sur ce sujet selon votre expérience.

Merci aussi pour cet article et toute cette information si précieuse. Votre site est une mine d’or toujours.

En vous remerciant par avance.