Pourquoi les bombes à graines ont-elles un bel avenir ?

Bombes à graines Herder3

Les bombes à graines, aussi connues sous le nom de « seedballs » ou « seed bomb », sont des outils porteurs de citoyenneté tout autant que de biodiversité. Savoir comment en fabriquer et avec quelles semences ; choisir correctement où et comment les lancer ; comprendre pourquoi ce genre de gestes font la différence ; c’est rajouter une brique à un avenir plus constructif et plus exigeant en matière de biodiversité.

Une bombe à graines lancée, c’est donner un peu plus de place à la biodiversité !

Ce que vous allez apprendre

  • À quoi vous participez en en lançant.
  • Pourquoi en utiliser c’est favoriser la biodiversité.
  • Comment en fabriquer vous-même.
  • Comment utiliser les bombes à graines au mieux.

De l’origine des « seedballs »

Bousier roulant une crotte, disséminant des graines sans le savoir Rafael Brix

Sans avoir de sources précises, les références à l’utilisation de la méthode de la bombe à graines sont multiples et traversent les âges, notamment en ce qui concerne les amérindiens qui l’auraient alors largement utilisée.

Cette méthode de semis, car on peut appeler cela ainsi, a également été utilisée dans le cadre de reforestation dans des endroits difficiles d’accès. On notera par exemple le travail réalisé en la matière dans les montagnes d’Honolulu dès 1930. Peut-être y a-t-il là une façon de faire suffisamment efficace pour pallier au dérèglement de certains écosystèmes qui ont besoin d’animaux malheureusement disparus pour disséminer leurs graines.

Pour ce qui concerne plus particulièrement cet article, à savoir les bombes à graines utilisées en milieu urbain pour reconquérir les espaces verts, c’est au mouvement New Yorkais The guerilla gardening que l’on doit leur première réutilisation en 1973 pour revitaliser le quartier de Bowery. Cette technique sera ensuite développée et améliorée par Masanobu Fukuoka qui lui donnera une portée mondiale.

Le saviez-vous ?

Grenades en terre cuite remplies de terre et de graines
  • Comme on a pu le voir plus haut, on doit « l’invention » de la bombe à graines urbaine au mouvement « Guerilla Gardening ». Ce dernier a pris le parti du mouvement de la « green guerilla », de RTF (Reclaim The Fields), des TAZ (Temporary Autonomous Zone), des Diggers, du Squat
  • D’origine espagnole, « guerilla » signifie « petite guerre », une guerre où des francs-tireurs lancent des assauts sporadiques au lieu de combattre en masses. Des Espagnols prirent ainsi le nom de « guerilleros » lors de leur combat pour repousser Napoléon et conserver leurs terres agricoles de subsistance. Si les soldats sont apolitiques et suivent les ordres, les guérilleros sont autonomes, ils n’ont pas le poids de la bureaucratie et sont des électrons libres qui ne répondent qu’à leur propre cause. Ils sont à la fois commandants et simples soldats, ils sont en dehors d’une gestion pyramidale, ce qui leur donne un pouvoir d’action et une grande liberté d’expression.
  • Les mots utilisés (guérilla, bombes, action…) sont facilement compréhensibles. Ils peuvent paraître guerriers mais ils relèvent d’une dérision volontaire entre la violence d’une guerre et le calme et la sérénité nécessaires au jardinage. Cela donne aussi une teneur détendue mais déterminée à un mouvement fondamentalement pacifiste.

Pourquoi lancer des bombes à graines ?

  1. Parce que le paysage urbain actuel ne laisse pas assez de place à la biodiversité, les bombes à graines sont un outil efficace pour coloniser les lieux oubliés par les gestionnaires et aménageurs.
  2. Parce que les plates-bandes de fleurs entretenues par les services des espaces verts sont trop souvent aseptisées et rarement réfléchies pour favoriser une biodiversité urbaine qui en a bien besoin.
  3. Parce que nos amis pollinisateurs sont toujours ravis de trouver de quoi manger là où avant il n’y avait rien.
  4. Parce que semer en utilisant des bombes à graines est une façon de s’accaparer l’espace public et de lui rendre ainsi sa fonction première de lieu de vie communautaire.
  5. Parce que les plantes abritent tout un cortège d’insectes, que ce soit dans leurs tiges pour passer l’hiver, sur leur tige pour se nourrir de leur sève ou encore sur leurs feuilles pour s’en rassasier. Et parce que tout un tas d’oiseaux vont se régaler de ces mêmes insectes !

Pour ce qui est des semences, essayons d’être cohérents !

Pour vos bombes à graines fournissez-vous en semences de qualité, et pourquoi pas aussi en variétés peu courantes. Kokopelli est pour cela une association qui mérite largement qu’on la soutienne en achetant ses produits.

Vous pouvez produire vos propres graines en en plantant quelques-unes dans une jardinière pour les multiplier et en avoir pour l’année d’après. Le réseau graines de troc vous permettra également d’en échanger pour vous procurer de nouvelles variétés.

Essayez de préparer vos bombes à graines en début d’année… C’est au printemps que nombre de graines germeront le plus efficacement, ce n’est pas pour rien que c’est aussi la période où il y a le plus de pollen dans l’air. À ce titre faites attention aux allergies.

Comment ?

  • La bombe à graines en « pilule » est encore en développement, l’idée a le mérite d’être originale tout en restant tout à fait dans la même veine que les bombes.
  • La bombe à graines « prête à éclore ». Il vous faut pour cela un œuf vidé. Vous l’aurez cassé en prenant soin de n’avoir enlevé que le minimum de coquille à une des 2 extrémités de l’œuf. Réalisez un mélange de 2 volumes de terre légère avec 1 volume de compost que vous humidifiez. Remplissez votre œuf aux 3/4 avec le mélange, déposez-y les semences, recouvrez pour le combler entièrement. Pour fermer l’œuf, utilisez du papier journal que vous collerez dessus à l’aide d’un pinceau et… de blanc d’œuf !
  • La recette de la bombe à graines « classique » est relativement simple à réaliser. Il vous faut mélanger 2 volumes d’argile avec un volume de terreau ou de compost et bien malaxer le tout avec un peu d’eau pour obtenir des boules de la taille d’une balle de ping-pong ou moins. Une fois votre boule réalisée, insérez-y vos graines, sans trop charger, à l’aide de vos doigts (exemple : 3 graines de tournesols ou 15 graines de bourrache). Reformez une boule, ça y est, elle est prête à être lancée.
  • Vous pouvez aussi acheter des bombes à graines toute faites :
Défi-Ecologique vous recommandeSeedballz Sunflower Mix10€
Défi-Ecologique vous recommandeSeedballz Herb Mix — 8 Pack10€
Défi-Ecologique vous recommandeBirds, Bees And Butterflies Seedbom Gift Box21€66

Graines et pollution

Si la France est très en retard sur ce type de méthode, l’INERIS commence néanmoins à se pencher sur l’utilisation de graines dans le cadre de la dépollution. Là où on réfléchit déjà à l’utilisation de champignon dans le même but et alors que l’on connait bien moins le milieu fongique, il était temps !

Où ?

Toilettes enherbés Jean-Luc Henry
  • Sur les terrains en friche. Il s’agira là de se renseigner un tant soit peu (ou pas) sur ce que le sol a subi et pourquoi pas favoriser les engrais verts tels que la phacélie (Phacelia tanacetifolia) ou la moutarde (Sinapis alba).
  • Dans les « jardins de curé », petits espaces verts de quelques mètres carrés devant la porte d’entrée de nombre de maisons ou d’immeubles. Peu de chance que vos plantes dérangent grand monde, mais choisissez néanmoins des semis de plantes annuelles !
  • Au pied des arbres. La balle de semences composées, comme on l’a vu, est composée de terre et de terreau qui aideront les graines à se développer plus sûrement qu’en les semant directement sur une terre trop pauvre. Vérifiez également que personne n’ait déjà tenté de planter des comestibles.
  • Sur remblais, même de chantier. Et oui… certains remblais de chantier sont impressionnants, mais surtout peuvent rester sur place plusieurs années avant que ledit chantier ne soit fini. Autant les utiliser !
  • Dans les parcs et jardins publics, bien souvent tondus à outrance, ne laissant que peu de place à autre chose qu’une étendue verte de quelques centimètres de haut. Trouvez à votre bombe à graine un endroit ensoleillé pas forcément accessible.
  • Sur les toits plats. Goudronnés et gravillonnés, ces toits accumulent au fil des ans de quoi laisser place à quelques plantes. Choisissez des variétés résistantes, peu exigeantes et au système racinaire léger pour éviter d’endommager les lieux.
  • Le long des berges, parfois fermées au public, augmenter le nombre de variétés de plantes présentes ne fera jamais de mal.

Fabrication rapide de bombes à graines

Vidéo du mouvement Green Guerilla décrivant les étapes de fabrication d'une bombe à graines

Défi-Ecologique vous recommandeSemences paysannes, plantes de demain20€
Défi-Ecologique vous recommandeProduire ses graines bio: Légumes, fleurs et aromatiques27€40
Défi-Ecologique vous recommandeSemez pour résister !: L'art et la pratique des bombes à graines18€

Pour les enfants ?

Pour toutes les raisons qui ont déjà été citées jusque-là, des ateliers de fabrication de bombes à graines sont tout à fait à-propos pour sensibiliser les jeunes publics. Vous pourrez alors aborder la place du sauvage en ville, mais aussi les problématiques d’urbanisme ou encore le cycle de pollinisation des végétaux et bien d’autres thèmes.

Comment fabriquer une bombe à graines

Vidéo expliquant aux enfants comment fabriquer soi-même une bombe à graines

En résumé

Subversive, certainement ; efficace, sans aucun doute ; la bombe à graines a également ses vertus pédagogiques et permet de s’inscrire dans une volonté croissante des citoyens de s’approprier les espaces publics, tous les espaces publics. En cela nous sommes toujours friands de retours d’expérience, si vous avez des photos de résultats de bombes à graines, nous sommes preneurs ! Il en va de même pour les mélanges de semences que vous avez utilisés ou pour savoir comment vous avez amélioré la démarche. N’hésitez pas à partager vos expériences ou à poser vos questions dans les commentaires ci-dessous !

Julien Hoffmann

Vous avez vos propres recettes de bombes à graines ?

Commenter
Julien Hoffmann

Julien Hoffmann

Fondateur chez DEFI-Écologique
20 ans de fascination pour la faune sauvage de programme de réintroduction en parcs zoologiques et désormais entrepreneur au sein d’une Coopérative d’Activité et d’Emploi : Participer à notre avenir en transmettant et débattant, un nouveau défi !
N'hésitez pas à me contacter par e-mail : julien@defi-ecologique.com.
Julien Hoffmann

Vous aimerez aussi...

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Pourquoi les bombes à graines ont-elles un bel avenir ?"

Notify of
avatar
Sort by:   newest | oldest | most voted
Foudral
Invité

Très bon article, complet et sourcé. Bravo, ça change!

Pierre
Invité

Attention, printemps prochain, la guerre est déclaré!
Très bon article. Je ne connaissais pas, l’idée me plait beaucoup.
Je like et je partage.

wpDiscuz